Injures racistes contre une caissière : une femme condamnée à six mois de détention à domicile

- Avec AFP

Injures racistes contre une caissière : une femme condamnée à six mois de détention à domicile© REUTERS / STEPHANE MAHE
Des clients entrent dans un Carrefour situé à Saint-Herblain proche de Nantes le 15 janvier 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le tribunal de Thonon-les-Bains a condamné à six mois de détention à domicile sous surveillance électronique une femme pour injures racistes contre une caissière. La prévenue avait déjà 11 condamnations inscrites au casier judiciaire.

Le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) a condamné le 5 juillet Lilia Hafsi à six mois de détention à domicile sous surveillance électronique pour vol et injures racistes à l'encontre d'une caissière d'un magasin Carrefour situé à Annemasse, près de Genève. Les invectives de la jeune femme avaient été filmées et diffusées sur les réseaux sociaux au début du mois de juin.

Cette aide-soignante de 34 ans avait été vue dans une vidéo où elle multipliait les insultes racistes à l'encontre d'une caissière noire : «Sale négresse va, sale noire ! Y a que les noirs pour faire ça sale qahba [prostituée en arabe]. Tu vois les Africains comme toi, ça donne envie de les tuer», pouvait-on entendre dans l'enregistrement.

A la barre, la prévenue a reconnu ses propos et s'est excusée en assurant que ses mots avaient «dépassé [ses] pensées». Elle a également prétendu avoir répondu à des insultes qu'aurait proférées la caissière qui s'inquiétait d'un possible vol à la caisse automatique, vol dont le tribunal l'a par ailleurs jugée coupable. 

Je tremblais, je ne savais pas quoi faire, je ne pouvais plus bouger

Le procureur Bruno Badré avait requis à son encontre dix mois de prison dont six ferme afin de punir «des propos qui abîment le vivre-ensemble, qui fragilisent le pacte social qui fonde notre société» en rappelant que la jeune femme était coutumière de ce genre de comportements avec onze condamnations inscrites au casier judiciaire, dont une dernière en 2020 pour vol et menace de mort sur le vigile d'un magasin de Grenoble. L'avocat de la prévenue, David Metaxas, avait déclaré au contraire que sa place n'était «pas en détention pour un événement pareil».

La caissière âgée de 49 ans, placée en accident du travail depuis le 3 juin, n'est toujours pas retournée travailler et affirme avoir «peur de reprendre». Devant l'auditoire, elle s'est souvenue de cette scène : «Je me suis sentie humiliée, rabaissée. Je n’ai même pas les mots pour vous le dire [...] Je tremblais, je ne savais pas quoi faire, je ne pouvais plus bouger».

Sur Twitter le 5 juin, la chaîne de supermarchés Carrefour avait annoncé qu'elle allait porter plainte en dénonçant ces propos «inacceptables».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»