Financement libyen présumé : Mimi Marchand placée en détention pour violation du contrôle judiciaire

- Avec AFP

Financement libyen présumé : Mimi Marchand placée en détention pour violation du contrôle judiciaire© Eric Feferberg / AFP
Michèle «Mimi» Marchand le 22 avril 2017.
Suivez RT France surTelegram

La patronne de l'agence Bestimage a été placée en détention provisoire pour viol de son contrôle judiciaire. Elle a été mise en examen en juin dans un volet de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

Michèle «Mimi» Marchand, célèbre figure de la presse people mise en examen début juin dans un volet de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy, a été placée le 18 juin en détention provisoire pour avoir violé son contrôle judiciaire, selon l'AFP, se basant sur des sources concordantes. «Une écoute a établi qu'elle n'avait pas respecté son contrôle judiciaire car elle a parlé à quelqu'un [à qui elle n'avait pas le droit de parler]», a indiqué à l'agence de presse une source proche de l'enquête.

Le Parquet national financier (PNL) a confirmé le matin du 19 juin à l'AFP l'incarcération de la patronne de l'agence photo Bestimage pour cause de violation du contrôle judiciaire.

Mimi Marchand a été mise en examen le 5 juin pour «subornation de témoin» et «association de malfaiteurs en vue de commettre une escroquerie en bande organisée». Son contrôle judiciaire prévoyait une interdiction de contact avec plusieurs personnes, parmi lesquelles l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog, et le directeur de la rédaction du JDD et de Paris Match, Hervé Gattegno.

L'enquête fait suite à un entretien accordé en novembre dernier par l'homme d'affaires Ziad Takieddine à un journaliste de l'hebdomadaire Paris Match, qui s'était rendu au Liban avec un photographe de Bestimage.

Dans cet entretien, Ziad Takieddine était revenu sur ses déclarations contre Nicolas Sarkozy, alors qu'il l'accusait depuis des années d'avoir touché de l'argent pour sa campagne présidentielle de 2007 de la part du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Deux mois plus tard, interrogé par les juges d'instruction chargés du dossier libyen, l'intermédiaire franco-libanais, connu pour sa versatilité, avait prétendu que ses propos avaient été «déformés» par Paris Match qui, avait-il ajouté, «appartient à un ami de Sarkozy».

Quatre autres personnes soupçonnées d'avoir pris part à l'organisation de cet entretien controversé ont été mises en examen. Parmi celles-ci, le publicitaire Arnaud de la Villesbrunne, l'homme d'affaires Pierre Reynaud et Noël Dubus, un homme déjà condamné pour escroquerie.

Le photographe auteur du reportage photo et vidéo, Sébastien Valiela, a été entendu le 14 juin comme «suspect libre» dans cette enquête.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»