Les syndicats vent debout contre la réforme de l'assurance-chômage

Les syndicats vent debout contre la réforme de l'assurance-chômage© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Vidéo
Une pancarte affichée à l'entrée d'une agence Pole emploi de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), le 29 avril 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La quasi-totalité des syndicats ont déposé le 21 mai devant le Conseil d'Etat des recours contre la réforme de l'assurance-chômage qui doit entrer en vigueur le 1er juillet.

L'Unsa, la CFDT, la CGT associée à Solidaires et à la FSU, Force ouvrière et la CFE-CGC ont saisi la justice pour obtenir l'annulation du décret du 30 mars réformant l'assurance-chômage. Seule la CFTC y a renoncé, estimant qu'il n'y avait «pas de fondement juridique à un recours».

C'est pas en leur supprimant les allocations de chômage qu'on va aider les gens à trouver du boulot quand il n'y en a pas

Les juges auront un mois pour se prononcer sur les demandes de suspension en référé du décret et éventuellement ensuite quatre mois pour examiner le fond.

«Cette réforme va enfoncer les gens dans la précarité, c'est pas en leur supprimant les allocations de chômage qu'on va aider les gens à trouver du boulot quand il n'y en a pas», a notamment estimé à l'antenne de RT France Denis Gravouille, secrétaire général de la CGT spectacle. 

Les syndicats attaquent principalement la mesure phare de la réforme, le nouveau mode de calcul du Salaire journalier de référence (SJR), la base de l'allocation.

Désormais, celui-ci est obtenu en divisant les salaires perçus non seulement par les jours travaillés mais aussi par une partie des jours non travaillés, ce qui pénalise les demandeurs d'emploi, souvent précaires, qui ont alterné contrats courts et inactivité.

Le Conseil d'Etat avait annulé un premier décret en novembre, en estimant que cela pouvait créer une «différence de traitement disproportionnée» entre deux demandeurs d'emploi ayant travaillé une même durée mais selon un rythme différent.

Le gouvernement a en conséquence revu sa copie en plafonnant les jours non travaillés pris en compte. Il affirme que le nouveau calcul, couplé à l'instauration d'un bonus-malus sur les cotisations chômage dans certains secteurs, sera plus équitable et limitera les recours abusifs aux contrats courts.

Mais, malgré ces «retouches à la marge», «c'est encore 516 000 personnes qui verront leur allocation mensuelle baisser en moyenne de 29%», dénonce FO.

«Le versement d'allocation serait aléatoire, à même salaire et même temps de travail selon l'intensité des périodes de chômage entre les contrats», renchérit la CGT qui dénonce «une ignominie en pleine crise de l'emploi».

En outre, «ces mesures sont en contradiction avec le principe assurantiel de l'assurance chômage en prenant en compte des périodes non travaillées» dénonce la CFDT pour qui «cette réforme va engendrer un nombre colossal de perdants».

«Le gouvernement ne doit pas simplement ajuster sa réforme, il doit l'abandonner», conclut la CFE-CGC.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»