Dix-huit militaires d'active signataires d'une tribune vont passer devant un conseil militaire

- Avec AFP

Dix-huit militaires d'active signataires d'une tribune vont passer devant un conseil militaire© STEPHANE MAHE Source: Reuters
Emmanuel Macron parlant à des officiers de l'Armée française le 19 janvier 2021 à Lorient (image d'illustration).

Ce sont dix-huit militaires en activité qui vont passer devant un conseil militaire a annoncé le chef d'état-major des Armées. On leur reproche d'avoir signé une tribune pour dénoncer le «délitement» de la France dans le magazine Valeurs actuelles.

Dix-huit militaires en activité signataires d'une tribune dénonçant le «délitement» de la France et se disant prêts à «soutenir les politiques» qui œuvreront contre vont passer devant un conseil militaire, a annoncé le chef d'état-major des Armées.

Il passeront «chacun devant un conseil supérieur militaire», a déclaré le général François Lecointre au quotidien Le Parisien en évoquant de possibles «radiations» ou «mises à la retraite d'office».

«Je considère que plus les responsabilités sont élevées, plus l’obligation de neutralité et d’exemplarité est forte», a-t-il martelé.

Ces officiers généraux vont passer chacun devant un conseil supérieur militaire

Les généraux en «deuxième section» signataires – proches de la retraite mais qui peuvent toujours être rappelés – risquent pour leur part «la radiation, donc la mise à la retraite d'office», a-t-il ajouté. 

Une procédure voulue par Florence Parly

«Ces officiers généraux vont passer chacun devant un conseil supérieur militaire. Au terme de cette procédure, c’est le président de la République qui signe un décret de radiation», a précisé le général Lecointre.

«Je souhaite que leur mise à la retraite d'office soit décidée», a-t-il pour sa part relevé en évoquant «une procédure exceptionnelle», lancée à la demande de la ministre des Armées.

Je vais lui envoyer une lettre pour lui dire qu’il est indigne, salit l’armée, la fragilise en en faisant un objet de polémique nationale

Florence Parly a demandé le 26 avril des sanctions à l'encontre des signataires, jugeant leurs «actions inacceptables» et «irresponsables».

Parmi les signataires, le général Christian Piquemal, ancien patron de la Légion étrangère, a déjà été radié en 2016 des cadres de l'armée pour avoir participé à une manifestation interdite contre les migrants à Calais.

«Je vais lui envoyer une lettre pour lui dire qu’il est indigne, salit l’armée, la fragilise en en faisant un objet de polémique nationale», a indiqué le général Lecointre. «Je leur conteste à tous (...) le droit de prendre des engagements politiciens en mettant en avant leur grade», a-t-il ajouté.

La tribune, publiée par Valeurs Actuelles le 21 avril, signée notamment par une vingtaine de généraux, appelle le président Emmanuel Macron à défendre le patriotisme.

Ces militaires dénoncent le «délitement» qui frappe selon eux la patrie et se disent «disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation.»

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»