Dupond-Moretti présente sa réforme de la justice contestée par le monde judiciaire

- Avec AFP

Dupond-Moretti présente sa réforme de la justice contestée par le monde judiciaire© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti quitte le Conseil des ministres le 27 janvier 2021, Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les personnels de la chancellerie déplorent des réformes en chaîne et les syndicats de la magistrature sont vent debout contre le projet de loi porté par Eric Dupond-Moretti. Ce dernier fait face à un accueil glacial de la profession.

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti présente le 14 avril en Conseil des ministres son projet de loi pour «restaurer la confiance» dans la justice, contesté par les magistrats et le monde judiciaire tant sur le fond que sur la méthode.

Audiences filmées, encadrement des enquêtes préliminaires, renforcement du secret professionnel : le texte vise à «rétablir la confiance du citoyen dans la justice», affirmait Eric Dupond-Moretti début mars sur France Inter. 

Il est «le fruit d'une longue réflexion» et d'une «connaissance charnelle» de la justice, ajoutait l'ex-avocat pénaliste qui est arrivé place Vendôme il y a moins d'un an, à l'été 2020. 

Mais la réforme, qui sera examinée courant mai en procédure accélérée par le Parlement, a reçu un accueil glacial dans le monde judiciaire. 

Un texte sous le feu des critiques

«C'est une espèce de rencontre entre quelques marottes du ministre et la poursuite de la logique gestionnaire de la Chancellerie pour juger plus avec moins», déplore Katia Dubreuil, présidente du Syndicat de la magistrature. 

Reprochant au ministre de leur avoir présenté un texte déjà ficelé et soumis au Conseil d'Etat avant de les avoir consultées, les organisations syndicales (magistrats et agents du ministère) ont boycotté à la quasi-unanimité fin mars des réunions avec la chancellerie.

Mais les critiques portent aussi sur le fond d'un texte qualifié de «fourre-tout». Après des mois de tensions avec le garde du Sceaux, contre lequel ils ont porté plainte devant la Cour de justice de la République (CJR), les trois syndicats de magistrats voient dans certaines mesures phares une «défiance» à leur égard. 

Les griefs sont multiples. En premier lieu, l'encadrement des enquêtes préliminaires. Fixée comme une priorité du ministre dès sa nomination, cette mesure prévoit que les enquêtes préliminaires ne pourront excéder deux ans, une durée prolongeable d'un an sur autorisation du procureur. 

«Une loi pour un épiphénomène», alors que les enquêtes de plus de trois ans représentent «environ 3%» du total, regrette Ludovic Friat, secrétaire général de l'Union syndicale des magistrats.

Si certaines sont «aussi longues, c'est par manque de moyens de police judiciaire et parce que les enquêtes politico-financières notamment demandent du temps», souligne-t-il. 

Les juges redoutent une charge de travail supplémentaire

La réforme annoncée de la cour d'assises, objet d'une autre mission, suscite aussi l'opposition des magistrats. Le garde des Sceaux souhaite rétablir la «minorité de faveur» supprimée en 2011, avec sept jurés au lieu de six siégeant aux côtés des trois magistrats professionnels, pour renforcer leur poids. Le projet prévoit également que des avocats honoraires de moins de 75 ans siègent dans les cours d'assises et les cours criminelles départementales.

D'autres «marques de défiance» pour Ludovic Friat, mais aussi «l'aveu de la faillite matérielle de la justice. [...] On n'a pas assez de juges !», tempête-t-il. 

Après des «débats vifs», selon son président Jérôme Gavaudan, le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70 000 avocats français, s'est également opposé à cette présence d'avocats honoraires. 

La profession attendait le ministre sur le renforcement du secret professionnel. Si le texte inscrit le «secret de la défense» dans le code de procédure pénale, c'est-à-dire pendant une enquête, les avocats auraient souhaité que le secret professionnel dans son ensemble soit protégé.  

Des avocats et des magistrats se sont aussi vivement émus de la volonté d'Eric Dupond-Moretti de toucher à l'exécution des peines, en supprimant les crédits «automatiques» de réductions de peines pour selon le ministre «inciter à l'effort» les détenus. 

Une mesure qui pourrait alourdir la charge de travail des juges d'application des peines, un an après l'entrée en vigueur de la réforme des peines de l'ancien ministre de la Justice Nicole Belloubet, selon les professionnels du secteur évoqués par l'AFP.

«On est à bout. On n'a pas fini d'ingurgiter toutes les réformes qui nous sont tombées sur le coin du museau depuis le début du quinquennat», explique Hervé Bonglet, secrétaire général de l'Unsa-Services judiciaires, cité par l'AFP.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»