Siné Mensuel accusé d'antisémitisme par le Crif et BHL après une caricature de Macron en Une

Siné Mensuel accusé d'antisémitisme par le Crif et BHL après une caricature de Macron en Une© Siné Mensuel
Capture d'écran du compte Twitter de Siné Mensuel
Suivez RT France surTelegram

La Licra, le Crif et plusieurs personnalités sont montées au créneau contre une caricature de Siné Mensuel représentant Emmanuel Macron. Etienne Liebig, qui écrit dans le journal satirique, n'y voit rien de plus que du «cinéma».

Pour sa Une du mois d'avril, le journal satirique Siné Mensuel, fondé par un ancien de Charlie Hebdo, a choisi de représenter Emmanuel Macron ricanant, couronne de fleurs de lys sur la tête et grosse bague en or au doigt, accompagné du commentaire «quoi qu'il vous en coûte». Ce dessin de Jean Solé – qui n'est pas sans rappeler le personnage de Prince Jean, usurpateur du pouvoir dans le dessin animé Robin des Bois – crée la polémique sur les réseaux sociaux, certains accusant le mensuel d'antisémitisme en raison des traits sous lesquels est représenté le chef de l'Etat. Interrogé par RT France, l'auteur et pigiste pour Siné Mensuel Etienne Liebig qualifie de «cinéma» ces critiques, estimant que le journal n'a de «de leçon à recevoir de personne».

«Qu’est-ce que c’est "dégueulasse", demandait [l'actrice] Jean Seberg ? C’est, avec cette Une Macron, Siné Mensuel», a affirmé le philosophe Bernard-Henri Lévy via son compte Twitter. Pour lui, le journal satirique n'est plus «une scission de Charlie», mais «la réincarnation de Je Suis Partout», un journal collaborationniste et antisémite français publié sous l'occupation. «Pensée pour Philippe Val qui eut jadis le courage de virer le fondateur de cette feuille de chou», conclut-il en faisant référence au licenciement controversé de Siné, évincé de Charlie Hebdo sur ordre de Philippe Val.

Le cofondateur du Printemps républicain, Gilles Clavreul, a lui aussi tenu à exprimer ses «pensées amicales» pour Philippe Val qui, selon lui, a été «accablé d’insultes par tant de beaux esprits, quand il a viré de Charlie Hebdo cette crapule de Siné». «Ses successeurs sont dignes de lui», affirme-t-il, après avoir évoqué «l'antisémitisme d'extrême-gauche».

L'auteur et pigiste dans Siné Mensuel Etienne Liebig a tourné en dérision ce tweet, rappelant notamment les origines juives de la rédactrice en chef du journal et veuve de Siné, Catherine Weil-Sinet. Etienne Liebig a confié à RT France ne pas avoir participé au choix de la Une mais être «tombé des nues» lorsqu'il a découvert ces accusations d'antisémitisme. «Il n’y a rien à faire contre [ces réactions], ça ne sert à rien de discuter», a-t-il estimé, avant de préciser ne pas avoir lu tous les commentaires publiés sur les réseaux sociaux par des personnalités. «Je ne les ai pas vus et je m’en fous. Il font leur cinéma», juge le musicien. A propos de l'auteur du dessin, Jean Solé, Etienne Liebig s'est exprimé en ces termes : «C’est un vieux dessinateur qui a dessiné avec Gotlib. C’est une référence incroyable qui a 70 ans [...] Il a dessiné des pochettes d’albums, des dessins pour enfants… Jamais pour un journal antisémite ! Il ne va pas se mettre à faire des caricatures antisémites à 70 ans !». Interrogé sur la comparaison désavantageuse entre Charlie et Siné faite par certains critiques de la Une, Etienne Liebig s'est indigné : «Maurice Sinet a été chez Charlie pendant 25 ans, dont il a même été un fondateur. [Siné Mensuel] n’a de leçon à recevoir de personne !». 

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a relayé la Une de Siné Mensuel sur Twitter, en commentant : «Il semble qu’un cluster de variant anglais ait été repéré à Siné Mensuel. Ce variant aurait été baptisé Corbyn-19 par les spécialistes.» La Licra fait par là référence à Jeremy Corbyn, homme politique britannique qui fut suspendu en octobre 2020 par le Parti travailliste – après l'avoir dirigé entre 2015 et 2020 – à la suite d'un rapport remettant en cause son bilan en matière de lutte contre l'antisémitisme au sein du parti. Il faisait l'objet, depuis plusieurs mois, d'une campagne en ce sens, qu'il a vivement dénoncée à plusieurs reprises.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Francis Kalifat a quant à lui estimé qu'un «caricaturiste d'extrême droite des années 30 n'aurait pas fait mieux» que la Une de Siné Mensuel. «Comme à son habitude, ce mensuel d'extrême gauche se distingue par son côté ignoble. N'est pas Charlie Hebdo qui veut !», a-t-il estimé.

Le journaliste et écrivain Claude Weill a également comparé Siné Mensuel à Je suis partout

L'écrivain et professeur de philosophie Raphaël Enthoven a pour sa part considéré que la caricature, «avec ses breloques et son nez crochu», était «autrement plus grave et abjecte qu’un acteur blanc qui (comme c’est son rôle et son droit) s’aventure à incarner Othello», faisant ainsi référence à la polémique entourant l'acteur Gérard Darmon qui s'est grimé en noir sur son compte Instagram.

En 2008, le caricaturiste Siné – décédé en 2016 – avait été évincé de Charlie Hebdo par le directeur de la publication de l'hebdomadaire, Philippe Val, après un billet sur Jean Sarkozy dans lequel le dessinateur ironisait sur la possible conversion au judaïsme du fils de l'ex-président. Jean Sarkozy s'apprêtait à l'époque à épouser l'héritière des magasins Darty, Jessica Sebaoun, de confession juive.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»