Dîners clandestins : la SDJ de M6 se défend et évoque la présence d'«un membre du gouvernement»

Dîners clandestins : la SDJ de M6 se défend et évoque la présence d'«un membre du gouvernement»© Thomas COEX Source: AFP
Des policiers tiennent la garde devant le palais Vivienne, propriété du collectionneur Pierre-Jean Chalençon. Il est soupçonné d'y organiser des dîners clandestins en pleine crise sanitaire (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Si le collectionneur Pierre-Jean Chalençon accuse les reporters de M6 de l'avoir piégé et harcelé, la Société des journalistes des JT de M6 défend son enquête. En outre, un membre du gouvernement aurait bel et bien participé à un repas clandestin.

Dans un communiqué diffusé sur Twitter le 6 avril, la Société des journalistes (SDJ) des journaux télévisés de M6, composée de 68 journalistes, a exprimé sa solidarité vis-à-vis du reportage diffusé sur la même chaîne, révélant des diners clandestins dans les milieux huppés de Paris

Visé par l'enquête, le collectionneur Pierre-Jean Chalençon s'est depuis défendu, notamment sur BFM TV. C'est ainsi que le 6 avril, il a expliqué au journaliste Bruce Toussaint avoir été harcelé par un reporter de M6 et réfuté, dans la foulée, être à l'origine de dîners clandestins. Le collectionneur avait pourtant assuré (sous le voile d'un anonymat peu anonyme in fine) dans l'enquête d'M6 qu'il croisait des ministres lors de ces soirées mais au cours de cette interview sur BFMTV, Pierre-Jean Chalençon s'est ravisé, évoquant un «énorme poisson d'avril».

La SDJ de M6 dénonce en conséquence l'attitude de Pierre-Jean Chalençon «qui se répand dans les médias et sur les réseaux sociaux [accusant] notre rédaction et nos JT de propager des "calomnies" [...] nous reproche "une sorte de guet-apens, de coups monté"». «Pierre-Jean Chalençon indique d'abord avoir été harcelé. Il n'en est rien, notre collègue lui a simplement envoyé un sms en se présentant comme journaliste qui enquêtait sur les soirées clandestines et il l'a rappelée de lui-même», précise la SDJ. L'organisation martèle en outre «qu'il y avait une quarantaine de personnes» à sa soirée et que «l'entrée était bel et bien «payante», contrairement à ce qu'avait affirmé l'ex-star d'Affaire conclue dans sa défense sur BFM TV.

«Au moins un membre du gouvernement» était présent à un dîner clandestin selon la SDJ

Concernant la présence de ministres au cours de ces repas clandestins, la SDJ rajoute une nouvelle information : «D'autres sources nous ont confirmé en "off" la présence d'au moins un membre du gouvernement à un de ces diners. Nous poursuivons nos investigations.» 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a malgré tout déclaré sur Europe 1 le 6 avril qu'à sa connaissance, aucun ministre ne participait à de tels dîners de luxe clandestins et il a pourfendu une rumeur qui «sape les fondements de la démocratie». A la suite de la diffusion du reportage, le procureur de Paris Rémy Heitz a en tout cas ouvert le 4 avril une enquête pénale.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix