«Activiste islamiste» : passe d'armes entre un comité interministériel et Marwan Muhammad

«Activiste islamiste» : passe d'armes entre un comité interministériel et Marwan Muhammad© DOMINIQUE FAGET Source: AFP
Marwan Muhammad dénonce régulièrement le racisme et l'islamophobie en France (image d'illustration).

L'un des défenseurs médiatiques du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) attaque le gouvernement obsédé selon lui par «la chasse à l'islamo-gauchisme et aux musulmans». Une structure de l'Etat lui a répondu en le qualifiant d'«islamiste».

Depuis deux jours, Twitter est le cœur de vifs échanges entre l'ancien patron du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), l'activiste controversé Marwan Muhammad, et une structure de l'Etat.

Tout a débuté quand le premier a ciblé le gouvernement le 26 mars en dénonçant son «obsession» : «faire la chasse à l'islamo-gauchisme et aux musulmans» alors que, selon lui, «l'extrême droite française planifie des attentats, s'allie avec des néo-nazis, s'attaque à des assemblées démocratiques, infiltre l'armée». Marwan Muhammad est en effet opposé à la volonté de l'Etat de dissoudre l'organisation du CCIF, le gouvernement accusant l'organisation de faire de la «propagande islamiste».

En réponse à Marwan Muhammad, le secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (SG-CIPDR) a publié sur Twitter deux décrets du ministère de l'Intérieur visant à dissoudre Génération identitaire et le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), justifiant ces dissolutions pour «condamner tous les extrémismes voulant imposer une idéologie contraire aux valeurs démocratiques et humanistes».

Marwan Muhammad accuse le SG-CIPDR de «laisser l'extrême droite gangréner la police en totale impunité»

Marwan Muhammad n'a, sans surprise, pas été satisfait de la réponse de la structure gouvernementale SG-CIPDR. Il a alors accusé le gouvernement de «laisser l'extrême droite gangréner la police en totale impunité et des groupes néo-nazis dans l'armée». «Quant à votre comparaison entre un groupuscule d'ultra-droite condamné en justice et une association de lutte contre les discriminations [CCIF], elle vous ridiculise», poursuit-il.

Dans d'autres messages, il a aussi affirmé que l'Etat avait «tenté de faire taire le CCIF, pour avoir mis en évidence les dynamiques structurelles du racisme, dont [il] assure activement la continuité». Il a également insinué que le pouvoir était «les alliés objectifs» de Génération identitaire.

Ce à quoi le SG-CIPDR a répliqué le 28 mars dans de nombreux autres publications twitter. Dans celles-ci, le SG-CIPDR estime que «sous couvert de dénonciation d’actes dits islamophobes, le CCIF – si cher à Monsieur Marwan Muhammad – consacrait tous ses moyens à la diffusion de fake news selon lesquelles la France serait un pays raciste et antimusulman».

«Le CCIF, "une association de lutte contre les discriminations"? Elle était une organisation qui incitait insidieusement à la haine et à la division. C’est ce qui a justifié sa dissolution», assène en outre le SG-CIPDR qui conclut sa salve de tweets par décrire Marwan Muhammad comme un «activiste islamiste se faisant passer pour un défenseur des droits des musulmans».

Un lien que n'a pas laissé passer Marwan Muhammad : «Si vous considérez comme "activiste islamiste" tout musulman qui vous tient tête, ça explique vos perquisitions sur des enfants de 10 ans.» Cette déclaration fait écho à l'arrestation de quatre enfants de CM2, en novembre 2020, pour avoir approuvé la décapitation de Samuel Paty et donc suspectés d'apologie du terrorisme. Dans un message écrit en anglais, Marwan Muhammad se pose d'ailleurs en victime : «La France est tellement "immunisée contre le racisme et l'islamophobie" que l'équipe de propagande du gouvernement (SG-CIPDR) me traîne depuis deux jours, me désignant parmi leurs partisans d'extrême droite. Quel type de régime politique utilise les ressources de l’Etat pour cibler les défenseurs des droits de l’homme ?»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»