Sécurité globale : Gérald Darmanin réaffirme la volonté du gouvernement de garder l'article 24

Sécurité globale : Gérald Darmanin réaffirme la volonté du gouvernement de garder l'article 24© GONZALO FUENTES Source: Reuters
Gérald Darmanin à l'Elysée en janvier (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a réaffirmé devant le Sénat la volonté du gouvernement de préserver l'article 24 du texte de loi Sécurité globale. Depuis plusieurs jours, des appels à manifester contre ce projet de loi se multiplient.

Gérald Darmanin a réaffirmé le 16 mars devant le Sénat «toute la volonté» du gouvernement de conserver dans le texte de loi Sécurité globale l'article 24 qui vise à protéger les forces de l'ordre en opération en pénalisant la diffusion d’image du visage ou tout autre élément d’identification des forces de l'ordre.

Dans sa version votée par l'Assemblée nationale – qui a provoqué une levée de boucliers chez les journalistes – l'article 24 modifiait la loi de 1881 sur la liberté de la presse pour réprimer la diffusion «malveillante» d'images des forces de l'ordre. Les sénateurs ont néanmoins choisi en commission d'abandonner toute référence à la loi de 1881, pour créer dans le code pénal un nouveau délit de «provocation à l'identification». 

«L'article 24 a été débattu, beaucoup, dans les hémicycles et en dehors des hémicycles», a déclaré le ministre de l'Intérieur à l'ouverture de l'examen en première lecture par la chambre haute de cette proposition de loi. «Je veux redire ici toute la volonté du ministère de l'Intérieur, du gouvernement, de garder une disposition qui n'a rien à voir avec l'article 18 de la loi dite "séparatisme", pour pouvoir protéger les policiers et les gendarmes dans des opérations de police», a-t-il poursuivi.

De nombreux appels à manifester en France ce 16 mars

Gérald Darmanin a finalement indiqué s'en remettre à la «sagesse» des parlementaires «pour pouvoir avoir la meilleure rédaction possible». «Ce débat appartient désormais aux chambres», a-t-il déclaré, insistant toutefois sur la nécessité de garder «le but, essentiel, légitime, important» qui est de «protéger nos policiers et nos gendarmes dans leurs actions».

Dans plusieurs villes de France, des appels à manifestation pour le 16 mars ont néanmoins été lancés par divers organismes et collectifs. A Nantes, plusieurs syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, Syndicat des avocats de France…) ont appelé à se rassembler devant la préfecture de Loire-Atlantique. Du côté de Lyon, le collectif Non à la loi Sécurité globale devait se réunir le 16 mars mais la préfecture du Rhône a «purement et simplement pris un arrêté interdisant la marche aux flambeaux déclarée pour ce mardi entre le Palais de Justice et la Préfecture» selon LyonMag.

Pour marquer leur opposition au texte, le 16 mars, des militants de l'organisation altermondialiste Attac ont effectué une action à Paris le 16 mars sur la place de la République, en accrochant sur la statue centrale une photographie du visage du préfet de police de la capitale Didier Lallement surplombée d'un écriteau «Sécurité globale = obscurité totale». Dans la fontaine sous le lion du Monument à la République, des images de requins avec des noms comme Macron, Darmanin ou Castaner ont aussi été installées.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix