Reprise de la mobilisation contre la loi Sécurité globale avant l'examen du texte au Sénat

Reprise de la mobilisation contre la loi Sécurité globale avant l'examen du texte au Sénat© Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Des policiers durant une manifestation contre la loi Sécurité globale à Paris, le 30 janvier 2021 (photo d'illustration).

Les opposants au projet de loi «Sécurité globale», qui va être examiné en séance plénière au Sénat à partir du 16 mars, ont manifesté en régions, notamment à Bordeaux, Montpellier, Toulouse, ou encore Lyon.

Les organisations de défense des libertés et syndicats de journalistes ont repris ce 13 mars leur mobilisation contre la proposition de loi sur la «sécurité globale», avant le début de l'examen du texte en séance plénière au Sénat, le 16 mars.

Les opposants à ce projet de loi controversé avaient appelé à des manifestations à Beauvais, Montpellier, Limoges, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Mulhouse, Perpignan.

Selon l'AFP ils étaient plusieurs centaines de manifestants à Lyon (400 selon la préfecture, 750 selon les organisateurs). «Nous ne voulons pas de ces lois liberticides et nous sommes toujours là pour le dire», a déclaré sur la scène installée sur la place Bellecour Georges Mounier, de la Ligue des Droits de l'Homme.

«On se rend compte aujourd'hui d'une véritable dérive autoritaire du gouvernement qui essaie de museler toute contestation, ce qui est extrêmement préoccupant», a estimé auprès de l'AFP Charles, porte-parole du mouvement écologiste Alternatiba.

Les manifestations en régions doivent se poursuivre jusqu'au 19 mars, tandis que le 16 mars, des rassemblements auront lieu devant le Sénat à Paris et les préfectures ou sous-préfectures en régions. En outre, la coordination appelle les opposants au texte à participer aux marches organisées le 20 mars par «des collectifs de familles et victimes de violences policières», notamment celle prévue à Paris.

Déjà adoptée par les députés, cette proposition de loi très controversée (notamment pour son article 24 qui vise à pénaliser la diffusion malveillante de l'image des policiers, mais aussi pour d'autres dispositions majeures, touchant notamment à la police municipale) est arrivée le 3 mars en commission au Sénat. Elle sera discutée en séance plénière par la Haute assemblée du 16 au 18 mars.

Auteur: RT France

Des centaines d'amendements ont été déposés et l'article 24 a été totalement réécrit en commission, mais certains opposants au projet de loi y voient une «réécriture de façade» de ce texte, dont ils dénoncent le caractère «autoritaire».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»