Taux d'incidence, contaminations, les chiffres du Covid sont-ils surestimés ?

Taux d'incidence, contaminations, les chiffres du Covid sont-ils surestimés ?© REUTERS / VINCENT WEST
Un patient subi un test de dépistage du Covid-19 à Ordizia en Espagne, le 8 juillet 2020 (image d'illustration).

Selon Le Parisien et Guillaume Rozier, fondateur du site Covid Tracker, certains tests positifs effectués par une seule et même personne pourraient être comptabilisés plusieurs fois. Le taux d'incidence serait également surévalué.

Selon des informations du Parisien, corroborées par celles publiées par le fondateur de CovidTracker, Guillaume Rozier, Santé publique France (SPF) rencontrerait des problèmes dans le décompte des nouveaux cas de Covid-19. 

Dans un tweet publié le 14 mars, l'ingénieur, qui publie quotidiennement des données sur l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde, assure que le nombre de cas en France serait surestimé depuis plusieurs semaines en raison d’un problème lors du «dédoublonnage des tests», précisant qu'il n'y avait «probablement pas 22 200 cas chaque jour, mais un peu moins de 20 000». L'ingénieur explique que certains tests positifs de dépistage effectués par une seule et même personne pourraient être comptés plusieurs fois lorsque des tests complémentaires sont effectués, notamment pour savoir s'il s'agit d'un variant ou non) dans d'autres laboratoires ou d'autres hôpitaux.

Une faute de frappe dans le nom de famille du patient, empêcherait par exemple le rapprochement des données et engendrerait donc l'enregistrement d'un nouveau cas positif au Covid-19. Guillaume Rozier souligne néanmoins que ces imprécisions ne remettent pas en cause les tendances épidémiques globales. 

Citant des sources internes à SPF, Le Parisien affirme de son côté que ces incidents de comptage ont d’abord été signalés par les agences régionales de l'institution, qui sont en lien direct avec les Agences régionales de santé (ARS). Les cellules régionales de Santé publique France «se sont rendu compte qu’il commençait à y avoir un écart entre les taux d’incidence de Santé publique France et ceux annoncés région par région», écrit le quotidien. En France, le taux d’incidence serait donc de 227 et non 206.

Le ministère de la Santé aurait été tenu informé de la situation et aurait considéré que cela ne remettait pas en cause les décisions prises : «On a toujours raisonné en termes de seuils mais aussi de dynamique et de part de variants, qui ne sont pas impactés [par le problème].»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»