Covid-19 : le monde du spectacle poursuit la mobilisation avec l'occupation de l'Odéon

- Avec AFP

Covid-19 : le monde du spectacle poursuit la mobilisation avec l'occupation de l'Odéon© LOIC VENANCE Source: AFP
Le théâtre Graslin à Nantes était aussi occupé le 10 mars par des manifestants.
Suivez RT France surTelegram

Le monde de la Culture se mobilise dans toute la France pour réclamer la réouverture des lieux culturels avec des occupations de théâtres, dont celui de l'Odéon. Roselyne Bachelot a jugé «inutile» et «dangereuse» cette démarche.

La mobilisation du monde du spectacle s'est poursuivi à Paris ce 10 mars, avec notamment l'occupation du théâtre de l'Odéon depuis le 4 mars, dans le VIe arrondissement. Les manifestants demandent la réouverture des lieux culturels ainsi qu'une augmentation de l'aide du gouvernement, jugée insuffisante.

«Des roulements de garde sont programmés, de la nourriture, boissons, des vêtements et instruments sont mis à disposition afin d'occuper le théâtre le plus longtemps possible», a pu constater le reporter de RT France en reportage au théâtre de l'Odéon.

L'ambiance était festive devant le célèbre théâtre parisien durant l'après-midi.

Le soir, ils étaient près d'une quarantaine encore présents au sein de l'Odéon pour exprimer la souffrance du monde du spectacle et «défendre tous les précaires».

Roselyne Bachelot a pour sa part jugé lors des questions d'actualité au gouvernement le 10 mars «inutile» et «dangereuse» l'occupation des théâtres : «L'occupation des lieux de culture n'est pas le bon moyen, c'est inutile [...] Ces manœuvres sont dangereuses, car elles mettent en menace des lieux patrimoniaux fragiles.»

L'occupation du théâtre de l'Odéon à Paris a en effet enclenché un mouvement qui se poursuit, suivi notamment par une mobilisation dans deux autres théâtres nationaux, la Colline, dans l'est parisien, et le Théâtre national de Strasbourg. 

Outre la réouverture des lieux culturels dans le respect des consignes sanitaires, les manifestants réclament, entre autres, une prolongation de l'année blanche pour les intermittents et son élargissement à tous les travailleurs précaires et saisonniers.

La ministre de la Culture a réaffirmé le soutien du gouvernement au monde de la culture frappé par la crise sanitaire : «C'est une spécificité de la France, dans aucun pays du monde on ne soutient la culture comme on la soutient dans notre pays.»

«Nous travaillons à maintenir les droits des intermittents [une mission doit rendre prochainement ses conclusions]. En aucune façon nous ne reviendrons sur les droits des intermittents, nous les protégerons», a-t-elle ajouté. Et de préciser que le gouvernement travaille «même à améliorer les dispositions en particulier avec les primo-entrants, car il faut protéger les jeunes dans la culture». 

La ministre a aussi évoqué une réunion le 11 mars chez le Premier ministre et des «annonces substantielles à faire pour ce monde de la culture».

La contestation s'étend dans toute la France

Le directeur du théâtre de la Colline, le metteur en scène et dramaturge Wajdi Mouawad, a apporté son soutien au mouvement de protestation dans un communiqué le 10 mars : «Le printemps arrive ! La jeunesse est là ! Elle parle et avec elle l'espoir.»

«La Colline appuie, dans le dialogue et la confiance, le geste des étudiants qui ont investi son espace. Ils sont ici chez eux. Notre devoir est d’être à leur écoute, de les comprendre et de les encourager dans la démarche de leur pensée», a-t-il ajouté, précisant que le théâtre allait relayer leurs messages et les accueillerait «jusqu’à la fin de leur geste».

Depuis le 9 mars, des étudiants du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, de l'Ecole supérieure d'art dramatique et du Studio ESCA (Ecole supérieure de comédiens par l'alternance en France) manifestent devant le théâtre parisien et 30 d'entre eux se trouvent à l'intérieur.

A Bordeaux, les étudiants de l’Ecole supérieure du théâtre de Bordeaux Aquitaine ont organisé également le 10 mars un rassemblement de soutien devant le Grand théâtre de Bordeaux, portant une banderole sur laquelle on pouvait lire «Dis, quand rouvriras-tu ?».

La CGT Spectacle a affirmé le 10 mars qu'elle appuyait les actions dans tous ces théâtres, ainsi que celles dans Espaces Pluriels à Pau, l’Equinoxe à Châteauroux et l’Opéra Graslin à Nantes, appelant au «soutien le plus large de toutes ces actions en cours et à venir».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»