Lyon : un jeune homme condamné à huit mois de prison ferme pour sa participation à des émeutes

Lyon : un jeune homme condamné à huit mois de prison ferme pour sa participation à des émeutes© Bertrand Guay Source: AFP
Des policiers postés devant le tribunal de grande instance Evry , le 15 octobre 2019. (Image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Après les violences urbaines dans le quartier de la Duchère, à Lyon, un jeune homme de vingt ans a été condamné à huit mois de prison ferme en comparution immédiate. Le prévenu a contesté sa participation aux violences.

Sefedinne D., jeune homme âgé de 20 ans, a été condamné le 8 mars à huit mois de prison ferme avant d'être écroué pour avoir participé aux violences urbaines le 4 mars dans le quartier sensible de la Duchère, à Lyon. Le parquet avait requis plus tôt à son encontre deux ans de prison, dont un an avec sursis pour «violences aggravées [et] participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences».

L'homme a été relaxé pour le dernier motif, mais a vu sa peine assortie d'une interdiction de port d'arme pour cinq ans. «Sa démarche, sa corpulence et sa casquette ont conduit les policiers à le reconnaître formellement», a déclaré le procureur lors de son réquisitoire. Et d'ajouter que «l’effet de groupe et la volonté de se valoriser» sont des facteurs qui ont pu expliquer sa participation aux émeutes.

Lors du procès, le prévenu a contesté sa participation à des affrontements avec les forces de l'ordre. Il était pourtant accusé par des habitants du quartier d'être impliqué dans un accident de scooter survenu la veille et à l'origine des émeutes dans le quartier sensible. Le conducteur âgé de 13 ans a été gravement blessé à la tête

«J’ai vu que ça s’est embrasé. J’ai voulu faire mon enquête, c’est tout», a affirmé l'accusé dans le box, précisant qu'il cherchait à savoir qui venait d'incendier le scooter de son frère sur un parking du quartier. Et d'ajouter au sujet des violences : «C’était horrifiant ce qui s’est passé. A aucun moment, je me suis mêlé à eux.» Le jeune a précisé que son frère était réfugié dans son lycée situé à proximité des violences.

Le prévenu déjà condamné en 2015

«Il a bien appris son texte, mais il n’est pas crédible une seconde», a alors plaidé l’avocat de deux policiers constitués parties civiles. Selon ces derniers, le jeune homme, identifiable avec sa casquette rose, la visière portée sur le côté, parmi une trentaine d'individus habillés de noir, a bien été vu en train de jeter des projectiles vers les forces de l'ordre.

«Aucune casquette rose n’est apparue dans les images vidéos versées à la procédure», a objecté l'avocat de Sefedinne D. avant d'ajouter que le jeune homme, connu de la justice pour des dégradations en 2015, «ne doit pas porter seul le poids de la responsabilité collective des émeutes de la Duchère».

Du 4 au 6 mars, la métropole lyonnaise avait connu plusieurs nuits de violence urbaines, en particulier dans le quartier de la Duchère. Au final, 21 personnes, majoritairement mineures, ont été arrêtées.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»