Plusieurs rassemblements en soutien aux organisateurs de la rave party de Lieuron

Plusieurs rassemblements en soutien aux organisateurs de la rave party de Lieuron© MEHDI FEDOUACH / AFP
Vidéo
Un rassemblement à Bordeaux le 30 janvier 2021 en soutien aux organisateurs de la rave party du Nouvel an à Lieuron (photo d'illustration).

Dans plusieurs villes de France, des manifestations ont eu lieu le 6 mars 2021 pour soutenir les organisateurs de la rave party Maskarade, qui s'était déroulée à l'occasion du Nouvel an à Lieuron en dépit des restrictions en vigueur.

Plusieurs rassemblements se sont déroulés le 6 mars à Rennes, Bordeaux, Rouen, Lyon ou encore Nantes en soutien aux organisateurs de la rave party Maskarade, qui s'était déroulée lors du Nouvel an à Lieuron (Ille-et-Vilaine).

Neuf personnes sont mises en examen et placées sous contrôle judiciaire dans cette affaire. La fête, qui avait réuni 2 400 personnes pendant 36 heures alors que les restrictions dues à l'épidémie étaient en vigueur, avait provoqué un tollé politique.

A Rennes, où une cinquantaine de personnes se sont réunies le 6 mars en début d'après-midi, selon Ouest France, l'un des membres du collectif Maskarade a accusé la préfecture d'interdire «la diffusion de musique amplifiée simplement à cause de la présence des teufeurs». «Ils peuvent nous interdire ce qu’ils veulent, ils ne nous empêcheront pas de lutter. La lutte c’est la joie, la lutte c’est la vie. Soutien aux inculpés de la Maskarade, soutien à tous les acteurs culturels alternatifs», a-t-il déclaré à la foule, rapporte le quotidien local.

Environ 700 manifestants ont été recensés à Lyon, d'après la préfecture du Rhône. Selon Le Progrès, les participants étaient rassemblés derrière cinq camions transformés en sound systems.

A Bordeaux, Sud Ouest souligne que la mobilisation est hebdomadaire et que le 6 mars encore, un cortège d'environ 1 500 personnes a défilé autour de trois camions équipés de baffles pour «une sorte de rave party mobile», écrit le journal. Même type de scènes à Rouen et Nantes, où les manifestants ont marché en musique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»