Créée par Macron, la Convention citoyenne pour le climat lui colle un 2,5 sur 10

Créée par Macron, la Convention citoyenne pour le climat lui colle un 2,5 sur 10© POOL Source: Reuters
Emmanuel Macron rencontrant les membres de la Convention climat le 14 décembre 2020 (image d'illustration).

La Convention citoyenne pour le climat (CCC) a jugé avec sévérité les décisions du gouvernement relatives aux propositions de la CCC, avec une moyenne de 2,5 sur 10. Un coup dur pour le président, qui avait créé de toutes pièces cette convention.

Emmanuel Macron va-t-il regretter d'avoir créé une Convention dite «citoyenne» sur le climat (CCC) ? Le comité Théodule vient d'évaluer avec sévérité l'action du gouvernement, en cherchant à déterminer si ses décisions relatives aux propositions de la CCC permettraient de s'approcher de l'objectif de réduction d'au moins 40% par rapport à 1990 des «émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 dans un esprit de justice sociale». L'exécutif obtient une note moyenne de 2,5 sur 10.

Concernant la traduction concrète des mesures de la CCC, aucune des six familles de propositions (sur le logement, la nourriture, le travail, la consommation, etc.) n'a obtenu la moyenne. En revanche, le vœu du gouvernement de passer par un référendum pour inscrire la lutte contre le changement climatique à l'article premier de la Constitution a obtenu la note de 6,1 sur 10.

Il y a forcément de la déception

En revanche, la CCC s'est congratulée, estimant majoritairement (à 6 sur 10) qu'elle avait été «utile à la lutte contre le changement climatique» et que «le recours aux Conventions citoyennes [était] de nature à améliorer la vie démocratique de notre pays». 120 membres inscrits sur les 150 de la CCC ont participé à ces votes. 

«Il y a forcément de la déception», a conclu le militant écologiste et «garant» de la CCC Cyril Dion, commentant le mécontentement exprimé à l'égard des décisions gouvernementales.

La CCC a suscité dès le départ de nombreuses critiques. Créée par Emmanuel Macron en avril 2019, peu avant les européennes, et officiellement chargée de répondre à la crise des Gilets jaunes, la CCC est composée de garants comme Cyril Dion et de membres tirés au sort.

L'une des premières controverses : un soutien d'Emmanuel Macron, Daniel Cohn-Bendit, a été tiré aléatoirement pour en être membre. Face au tollé, celui-ci avait décliné sa participation. La CCC a aussi été remise en cause pour un problème de légitimité, l'assemblée ayant édicté des propositions sans avoir reçu un mandat de la nation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»