«Barbarie banalisée» : la classe politique réagit aux rixes mortelles dans l'Essonne

«Barbarie banalisée» : la classe politique réagit aux rixes mortelles dans l'Essonne© CLEMENT MAHOUDEAU Source: AFP
Un policier face à la cité des Oliviers, à Marseille (Bouches-du-Rhône), en mars 2020 (image d'illustration).

Des personnalités politiques de droite comme de gauche ont fustigé la politique gouvernementale en matière de sécurité après les deux rixes mortelles survenues les 22 et 23 février dans le département de l'Essonne.

Au lendemain de la mort d'une adolescente de 14 ans, tuée à coup de couteau lors d'un affrontement violent entre bandes à Saint-Chéron (Essonne), un autre adolescent a perdu la vie dans un affrontement entre deux bandes rivales à Boussy-Saint-Antoine (Essonne), le 23 février.

Peu de temps après ce deuxième décès, la préfecture de l'Esonne a annoncé qu'une réunion se tiendrait le 1er mars en présence des élus et différents acteurs concernés «afin de mettre en commun les actions engagées pour se doter d'un véritable dispositif "anti-rixes".» Selon la préfecture, «des actions opérationnelles ont déjà été engagées» : partenariats Police nationale-Police municipale renforcés, boucles d'alerte entre acteurs locaux et dispositifs de prévention entre les quartiers.

Ces violences ont par ailleurs fait réagir de nombreuses personnalités politiques. Marine Le Pen, a adressé «une pensée pour les parents de cette jeune collégienne, nouvelle victime anonyme d’une barbarie banalisée». La présidente du Rassemblement national, a appelé à «en finir avec la culture de l’excuse» face aux délinquants. 

Le député de l'Essonne et président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan s'est quant à lui déclaré «bouleversé» et «révolté par cette violence» avant de questionner : «Mais quand réagirons-nous ?»

«Ce déferlement effrayant de violences en Essonne et en France, sur fond de rivalités à la grégarité testostéronique, fait des morts, de trop jeunes morts», a regretté un autre député Les Républicains de l'Essonne, Robin Reda.

Et à la conseillère de la région Ile-de-France Les Républicains de l'Essonne, Nadège Achtergaele d'ajouter : «Mes pensées vont à leurs proches qui doivent être dévastés. Entre colère et incompréhension, il est temps de prendre ce problème de la violence à bras-le-corps.»

De son côté, le conseiller régional Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Julien Bayou, a interpellé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. «Quand le ministre des cantines Darmanin aura fini sa polémique sur les repas à Lyon, se souviendra-t-il qu'il est ministre de l'Intérieur ?», s'est-il interrogé. 

Cible des critiques, Gérald Darmanin s'est déplacé dans la soirée à Dourdan (Essonne), ville ou était scolarisée la jeune fille poignardée le 22 février. Devant la presse, il a fait part de son «émotion» après ces drames avant d'annoncer des mesures pour répondre aux violences : «Dès ce soir [22 février], j’ai demandé à une centaine de policiers supplémentaires de venir ici dans l’Essonne : une soixantaine à Dourdan et une trentaine à [Boussy-Saint-Antoine], qui a connu ce deuxième drame afin qu’il ne puisse pas y avoir de répliques ou d’actions nouvelles.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»