Frédérique Vidal demandera une enquête au CNRS sur «l’islamo-gauchisme» à l'université

Frédérique Vidal demandera une enquête au CNRS sur «l’islamo-gauchisme» à l'université© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Vidéo
La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal à l'Assemblée nationale le 19 janvier 2021.
Suivez RT France surTelegram

La ministre de l'Enseignement supérieur a expliqué le 14 février que «l'islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble» et que l'université n'était pas «imperméable». Des propos qui rappellent ceux de Jean-Michel Blanquer en octobre 2020.

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé le 14 février sur CNews qu'elle souhaitait «demander notamment au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) de faire une enquête» sur l'islamo-gauchisme dans les universités françaises.

La membre du gouvernement, très critiquée à cause de la situation étudiante dans le cadre de la crise sanitaire, a expliqué au journaliste Jean-Pierre Elkabbach «que l'islamo-gauchisme gangrèn[ait] la société dans son ensemble et que l'université n'[était] pas imperméable». «Ce que l'on observe dans les universités, c'est qu'il y a des gens qui peuvent utiliser leurs titres et l'aura qu'ils ont, ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou des idées militantes», a-t-elle développé.

Alors que le journaliste de CNews lui demandait si ces profils pouvaient être définis comme «une sorte d’alliance, si je puis dire, entre Mao Zedong et l’ayatollah Khomeini», Frédérique Vidal a opiné : «Mais vous avez raison. C’est bien pour ça qu’à chaque fois qu’un incident se produit, il est sanctionné, à chaque fois que quelque chose est empêché, c’est reprogrammé, mais je crois que l’immense majorité des universitaires sont conscients de cela et luttent contre cela.»

Ces déclarations font écho à une polémique déclenchée à l'automne 2020 par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Le 22 octobre, ce dernier avait dénoncé «l'islamo-gauchisme» faisant selon lui «des ravages à l'université», en prenant notamment pour cibles le syndicat étudiant Unef et La France insoumise. «Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire», avait affirmé Jean-Michel Blanquer, provoquant l'indignation de représentants du monde universitaire. «Non, les universités ne sont pas des lieux où se construirait une "idéologie" qui mène au pire. Non, les universités ne sont pas des lieux d’expression ou d'encouragement du fanatisme. Non, les universités ne sauraient être tenues pour complices du terrorisme», avait notamment répondu la Conférence des présidents d'université (CPU).

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»