Jean-Michel Blanquer : «Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages»

Jean-Michel Blanquer : «Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages»© Abdulmonam EASSA Source: AFP
Le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer à Paris, le 17 octobre 2020.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dénoncé sur Europe 1 les ravages de «l'islamo-gauchisme», pointant du doigt l'UNEF et La France insoumise, dont certains députés n'ont pas tardé à réagir.

Interviewé par Sonia Mabrouk sur Europe 1 le 22 octobre dans la matinée, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer s'est exprimé sur l'assassinat du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, qu'il a relié à l'«islamo-gauchisme». 

Selon le ministre, «ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme [...] fait des ravages à l'université, il fait des ravages quand l'UNEF cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de La France insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s'affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire.»

«Les complices intellectuels du crime»

Revenant sur le profil d'Abdoullakh Anzorov, Jean-Michel Blanquer a décrit un «un assassin qui est conditionné par d'autres gens» qui sont «en quelque sorte des auteurs intellectuels de cet attentat». «Quand vous avez des officines, des groupes comme ceux que nous sommes en train de dissoudre en Conseil des ministres, qui ont pignon sur rue, qui ne commettent pas eux-mêmes les crimes mais qui encouragent cette radicalité intellectuelle, ils sont les complices intellectuels du crime», a-t-il précisé. 

Le ministre a ensuite dénoncé un «communautarisme qui nous vient d'ailleurs» et ceux qui, «en se croyant progressistes, en réalité font le lit d'une forme de tolérance à la radicalité».

Le député insoumis Loïc Prud'homme a dénoncé avec véhémence sur Twitter les propos du ministre. Il a comparé l'emploi du terme «islamo-gauchisme» aux «fascistes qui qualifiaient leurs opposants politiques de judéo-bolchéviques», et a qualifié le gouvernement «d'inconscients pyromanes».

La députée PCF et conseillère départementale des Hauts-de-Seine Elsa Faucillon a, elle aussi, dénoncé les propos de Jean-Michel Blanquer, affirmant que le ministre légitime «un vocabulaire issu de l’extrême droite», et approfondit «le climat de haine».

Le professeur d'histoire et chroniqueur Kevin Bossuet s'est en revanche dit «fier d'avoir comme ministre Jean-Michel Blanquer», un homme qui est selon lui «un vrai républicain qui a l'amour de son pays chevillé au corps».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»