Le préfet Marc Guillaume aurait été informé des accusations visant Olivier Duhamel

Le préfet Marc Guillaume aurait été informé des accusations visant Olivier Duhamel© Ludovic MARIN Source: AFP
Marc Guillaume en octobre (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Démissionnaire de ses fonctions au FNSP et au Siècle, le haut fonctionnaire Marc Guillaume aurait admis avoir été mis au courant des accusations contre Olivier Duhamel devant des enquêteurs de l’Education nationale selon Marianne.

Jusqu'où les remous de l'affaire Duhamel iront faire tanguer le gratin parisien ? Selon les informations de Marianne, le préfet Marc Guillaume, qui était jusqu'en janvier membre du conseil d'administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), dont Olivier Duhamel était président, a reconnu en février devant la mission d’inspection de l’Education nationale avoir été mis au courant de «problèmes sexuels» contre le politologue en 2018. 

«J'ignorais totalement l'existence de tels crimes avant la parution de ce livre et des articles l'annonçant», avait déclaré Marc Guillaume dans un communiqué le 13 janvier 2021, après la révélation au grand public des accusations d'incestes portées contre Olivier Duhamel, qu'il a côtoyé notamment au FNSP, mais aussi en tant que vice-président du club Le Siècle et co-directeur de la revue Pouvoirs fondée par Olivier Duhamel. 

Eclaboussé, Marc Guillaume a quitté les fonctions qu'il occupait aux côtés de l'homme d'influence déchu. Il demeure cependant préfet d'Ile-de-France et conseiller d'Etat. Il a par ailleurs été Secrétaire général du gouvernement de 2015 jusqu'à être démis de ses fonctions sur demande de Jean Castex en juillet 2020. Le Point le décrivait alors comme un des «personnages les plus puissants de l'Etat au point d'être qualifié de "Premier ministre bis"». 

Selon les informations de Marianne, Marc Guillaume a reconnu avoir été informé par le directeur de Sciences Po, Frédéric Mion, de «rumeurs sur la sexualité d’Olivier Duhamel», mais sans que le mot «inceste» ait été prononcé. L'avocat d'Olivier Duhamel, Jean Veil, aurait ensuite évoqué de «de simples rumeurs» sur le sujet lors d'une discussion avec Frédéric Mion «au printemps 2018», précise Marianne. Les recherches se seraient arrêtées à ce démenti et Olivier Duhamel maintenu à la présidence de la FNSP.

Jean Veil a quitté Le Siècle après l'éclatement de l'affaire, précisant vouloir «protéger» l'institution. S'il a admis avoir été au courant des accusations, il a estimé avoir agi dans le cadre du «secret professionnel des avocats» et n'avoir de ce fait «strictement rien à [se] reprocher». 

Frédéric Mion fait l'objet quant à lui d'une campagne interne à Sciences Po réclamant sa démission pour son comportement dans cette affaire. Dans une tribune publiée dans Libérationle 13 janvier, «plus de 700 étudiants, professeurs et salariés de Sciences Po Paris» ont exigé son départ. «Si Frédéric Mion n'est pas capable de réagir avec le sérieux exigé par l'importance de ses fonctions et la gravité des révélations lorsqu'un de ses enseignants est accusé d'actes pédocriminels, il ne peut rester directeur», pouvait-on lire dans le texte. Depuis, plusieurs manifestations se sont tenues devant l'établissement pour maintenir la pression sur le directeur. 

Selon Marianne, Marc Guillaume aurait aussi déclaré aux enquêteurs avoir reçu une deuxième alerte en 2019 lors de l'élection d'Olivier Duhamel à la présidence du Siècle. Interrogé directement cette fois-ci, le politologue aurait balayé ces accusations et exclu de démissionner. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»