Colonisation de l'Algérie : Benjamin Stora affirme ne pas être opposé à des «excuses» de la France

Colonisation de l'Algérie : Benjamin Stora affirme ne pas être opposé à des «excuses» de la France© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
L'historien Benjamin Stora remettant à Emmanuel Macron son rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie, au palais de l'Elysée à Paris, le 20 janvier 2021.

L'historien, dont le rapport rendu le 20 janvier a provoqué d'importants débats, a néanmoins expliqué à un quotidien algérien s'interroger «au plan de l'efficacité, sur ces présentations d'excuses en évoquant les cas du Japon face à la Chine».

Dans un entretien avec le quotidien algérien L'Expression publié le 7 février, l'historien français Benjamin Stora a indiqué ne pas être contre des «excuses» de la part de la France pour la colonisation en Algérie, alors qu'il lui avait été reproché de ne pas avoir pris position sur la question dans son rapport sur la réconciliation mémorielle entre les deux pays remis le 20 janvier au président français Emmanuel Macron.

«J'ai écrit dans mon rapport, que je ne voyais pas d'inconvénient à la présentation d'excuses de la France à l'Algérie pour les massacres commis», a-t-il rappelé, ajoutant qu'«il n'y a pas dans mon rapport le slogan, «Ni excuses ni repentance»». 

L'historien a néanmoins expliqué auprès du journal algérien s'interroger «au plan de l'efficacité, sur ces présentations d'excuses en évoquant les cas du Japon face à la Chine». «On pourrait ajouter que la présentation d'excuses des [Etats-Unis] au Vietnam, n'a pas empêché le développement des idéologies des suprématistes blancs contre les minorités», a-t-il développé.

La France, par la voix d'Emmanuel Macron, s'est engagée à des «actes symboliques» quant à la mémoire sur la colonisation et la guerre d'Algérie, tout en excluant de présenter des «excuses» réclamées par Alger.

L'historien surpris par «l'énorme retentissement médiatique»

Alors que le président Abdelmadjid Tebboune est toujours soigné en Allemagne après avoir été contaminé par le Covid-19, l'exécutif algérien n'a pas encore commenté le rapport. En revanche, l'Organisation officielle des moudjahidine, les anciens combattants de la guerre d'indépendance (1954-1962), l'a rejeté, accusant Benjamin Stora d'avoir «omis d'aborder [...] les différents crimes coloniaux perpétrés par l'Etat français».

Dans son rapport de 200 pages, Benjamin Stora propose de créer en France une commission «Mémoires et Vérité» chargée de proposer des «initiatives communes entre la France et l'Algérie sur les questions de mémoire». Au rang de ces initiatives envisagées, l'historien propose notamment de faire entrer au Panthéon l'avocate Gisèle Halimi, figure d'opposition à la guerre d'Algérie, d'accorder une plus grande place à l'histoire de la France en Algérie dans les programmes scolaires, ainsi que de restituer à Alger l'épée d'Abdelkader, héros de la résistance à la colonisation française au XIXe siècle.

«Au lieu de rejeter [le rapport] en bloc, je crois qu'il est important de s'en servir comme d'un tremplin permettant de faire avancer la cause des Algériens», a plaidé Benjamin Stora auprès de L'Expression, ajoutant avoir été surpris par «l'énorme retentissement médiatique» que son travail a eu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»