Désobéissance civile des restaurateurs: «Ce que l'on cherche, c'est à créer un dialogue» (ENTRETIEN)

Face aux menaces de sanctions financières, le restaurateur Stéphane Turillon s'est résolu à abandonner son appel à ouvrir le 1er février. Son avocat Randall Schwerdorffer, invité sur RT France, commente le choix et les motivations de son client.

Le chef Stéphane Turillon avait annoncé vouloir rouvrir son établissement (dans le département du Doubs) le 1er février pour défendre son «droit à travailler», appelant ses collègues à l'imiter. Mais du fait des menaces de sanctions pécuniaires importantes, et donc du risque de déposer de bilan, celui-ci y a fini par renoncer.

Randall Schwerdorffer, avocat du restaurateur, était invité à commenter cette décision. Il explique également les raisons qui ont poussé le chef Stéphane Turillon à appeler à la «désobéissance civile».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»