Nouvelle journée de manifestations contre la loi Sécurité globale et pour le droit à la culture

Suivez RT France surTelegram

De nouveaux rassemblements ont eu lieu, ce 30 janvier, en France contre la proposition de loi Sécurité globale et pour le droit à la culture, face aux mesures de restrictions liées au Covid-19. Des tensions ont éclaté à Paris et Rennes.

Mise à jour automatique
  • Entretien avec Hélène Laporte, députée européen du Rassemblement national qui revient sur les rassemblements organisés contre la proposition de loi Sécurité globale. Elle «regrette cette prépondérance qu’a le gouvernement à cristalliser les tensions.»

    Auteur: RT France

  • Entretien avec Sébastien Meurant, sénateur LR du Val-d'Oise, au sujet des rassemblements organisés contre la proposition de loi Sécurité globale. «Cette loi a cristallisé un mécontentement», juge-t-il.

    Auteur: RT France

  • Une autre vidéo du journaliste Rémy Buisine montre le matraquage d'un manifestant par un «commissaire de police». 

  • Un reporter de RT France, David Khalifa, a été blessé au mollet en fin d'après-midi alors qu'il couvrait la manifestation contre la loi Sécurité globale à Paris. Il rapporte avoir reçu un projectile, vraisemblablement un éclat de grenade de désencerclement.

  • Toujours selon le journaliste Clément Lanot, des tirs de gaz lacrymogènes sont effectués au milieu des automobilistes près de la place de la République à Paris pour disperser les derniers manifestants. 

  • Selon le journaliste indépendant Clément Lanot, on peut voir sur ces images «un commissaire de police» frappant un manifestant lors de la fin du rassemblement à Paris. 

  • Retour en images sur cette journée de manifestation à Paris.

    Auteur: RT France

  • A Paris, notre reporter a pu constater des heurts en fin de manifestation. 

  • Les images de notre reporter présent dans le cortège parisien montrent l'utilisation de canon à eau par la police pour disperser la manifestation place de la République. 

  • Les images de cette journaliste indépendante montrent un blessé en train d'être soigné dans le cortège parisien. 

Découvrir plus

Comme lors des précédents samedis, des rassemblements vont se tenir ce 30 janvier dans des dizaines de villes de France pour contester la proposition de loi Sécurité globale, mais aussi défendre le droit à la culture face aux fermetures obligatoires liées à la pandémie de Covid-19.

A Paris, le rendez-vous a été fixé en début d'après-midi place de la République, avec la participation d'artistes et de musiciens pour, selon les organisateurs, «proclamer la liberté de créer, d'exercer, de jouer pour un public résolument vivant» face à la fermeture des lieux culturels. «Le gouvernement ferme tous les lieux de pensée, de culture, d'échange et de sens critique, privilégiant les centres commerciaux aux théâtres, aux universités, aux salles de concert et aux cinémas. Nous voulons être libres, éveillés et debout !», proclament-ils selon l'AFP. Les organisateurs appellent à une mobilisation «dans le strict respect des gestes barrières et la détermination la plus totale». Il n'y aurait cette fois pas de parcours prévu : la manifestation sera «statique», toujours selon les organisateurs.

A Lyon, le rassemblement est prévu place Maréchal Lyautey dans le VIe arrondissement.

A Toulouse, «La Marche des libertés» – à laquelle ont appelé plusieurs associations, syndicats et partis politiques, dont Attac, EELV Toulouse, la Ligue des droits de l’Homme, le Parti de gauche, le NPA 31, le SNJ et Solidaires, selon La Dépêche – commencera à 13h30 à la médiathèque, arche Marengo.

D'autres rassemblements sont prévus notamment à Lille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Montpellier, Toulon, Nice, mais aussi Dijon, La Rochelle, Quimper, Abbeville, Tarbes ou encore Le Havre.

Contre la «surveillance généralisée»

Est particulièrement visé par les manifestants, l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale, qui interdit la diffusion d'images des membres des forces de l'ordre dans l'intention de nuire à leur intégrité «physique ou psychique» – un article dont la majorité présidentielle a annoncé l'entière réécriture. Le collectif dénonce également son «recyclage» dans l'article 18 du projet de loi sur le «séparatisme». Pour le gouvernement, cette mesure vise à protéger les policiers victimes d'appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux, mais qui empêcherait selon ses détracteurs de filmer les forces de l'ordre en intervention et de documenter les violences policières.

Le collectif «#StopLoiSécuritéGlobale», lancé par des syndicats de journalistes et la Ligue des droits de l'Homme, dénonce également les articles 21 et 22 de la proposition de loi, portant sur l'usage des caméras-piétons et des drones par les forces de l'ordre. Il s'oppose en outre au «nouveau schéma national du maintien de l'ordre» (SNMO), régulièrement invoqué par les forces de l'ordre pour limiter la couverture médiatique des manifestations.

Le nombre de participants aux mobilisations contre la proposition de loi, depuis son examen par l'Assemblée en automne, a été fluctuant. La plus importante journée de mobilisation, le 28 novembre dernier, avait rassemblé 500 000 personnes dans le pays selon la coordination, 133 000 selon les autorités. Les «marches de la liberté» du 16 janvier avaient réuni 200 000 personnes selon les organisateurs et 34 000 selon la police. Elles avaient été rejointes par des «teufeurs» membres du mouvement des «free parties», qui s'estiment visés par une répression policière abusive après la rave illégale du Nouvel an de Lieuron (Ille-et-Vilaine).

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»