Rassemblements dans toute la France pour les libertés et contre la loi Sécurité globale (EN CONTINU)

Suivez RT France surTelegram

Près de 80 rassemblements contre la proposition de loi «Sécurité globale» et plus globalement, pour la défense des libertés, se tiennent ce 16 janvier en France. Les «teufeurs» battent aussi le pavé pour «le droit à la culture» dans certaines villes.

Mise à jour automatique
  • A Toulouse, notre reporter présent à la manifestation a tendu son micro à quelques manifestants opposés à la loi Sécurité globale dénoncée comme «une loi liberticide».

    Auteur: RT France

  • Les manifestations de ce 16 janvier contre la proposition de loi Sécurité globale et pour les libertés ont rassemblé 34 000 personnes en France selon la police, et 200 000 selon les organisateurs, ont indiqué à l'AFP le ministère de l'Intérieur et le syndicat SNJ-CGT.

    A Paris, la police a compté 6 500 manifestants, contre 15 000 selon les organisateurs.

    Le ministère a fait par ailleurs état de 24 interpellations à Paris, tandis que la préfecture du Rhône en a annoncé sept à Lyon, et celle de Loire-Atlantique trois à Nantes.

  • Les forces de l'ordre sont intervenues pour empêcher «la tenue d'une rave-party à proximité de la manifestation» à Paris, a écrit le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter. Selon la préfecture de police comme le rapporte l'AFP, des organisateurs ont été verbalisés et se sont vu confisquer du matériel sono.

  • Un reporter de RT France a pu interroger deux représentants syndicaux à la fin de la manifestation. Le secrétaire national du Syndicat national des journaliste est «très content de cette mobilisation». De son côté, le délégué de la CGT RATP Bus estime que «les gens n'ont rien lâché» dans leur opposition à la loi Sécurité globale. 

    Auteur: RT France

  • A Paris, les derniers manifestants sont repoussés par la police en direction du métro comme a pu le constater notre reporter présent sur place.

  • A Paris, quelques milliers de manifestants ont battu le pavé pour dire non à la loi Sécurité globale et son article 24 controversé. Dans le cortège, notre reporter Nadège Abderrazak a interrogé les Gilets jaunes Faouzi Lellouche et Jack Miault. Ces derniers dénoncent des mesures liberticides.

  • Des affrontements entre des manifestants et les forces de l'ordre ont été filmés à Nantes par un journaliste. 

  • L'utilisation du lanceur d'eau et de lanceurs de LBC a également été rapportée par un journaliste reporter d'image présent sur place.

  • Le compte Twitter de la Police nationale de Loire-Atlantique a indiqué que le lanceur d'eau a été utilisé depuis les jardins de la Préfecture à Nantes en réponse à des jets de projectiles sur les forces de l'ordre. Par ailleurs, la police a fait usage de gaz lacrymogène après qu'«un groupe de manifestants a tenté de forcer [un] barrage».

  • L'ancien policier du Raid Bruno Pomart a estimé sur l'antenne de RT France que la loi Sécurité globale répond «à des problématique de sécurité évidente dans notre pays». L'ancien policier d'élite a néanmoins regretté que «ces lois ne vont pas aussi loin qu'on le pense».

Découvrir plus

Les membres de la coordination #StopLoiSécuritéGlobale, parmi lesquels La Ligue des droits de l'Homme, Amnesty International France, la CGT, Droit au logement (DAL), Acrimed, le Syndicat national des journalistes (SNJ) ou encore Les Amis de la Terre France, appellent à manifester dans toute la France le 16 janvier, «pour le droit à l’information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester, pour le respect de notre vie privée» – et, plus globalement, «pour nos libertés».

Est ciblée, en particulier : la proposition de loi «Sécurité globale», déjà votée en première lecture à l'Assemblée nationale et devant être examinée en mars au Sénat. «Ce projet porte des graves menaces à la liberté d’informer et d’être informé», estiment les organisations en question.

Le collectif exige le retrait de l'article 24 de la proposition de loi, qui interdit la diffusion d'images des membres des forces de l'ordre dans l'intention de nuire à leur intégrité «physique ou psychique» – un article dont la majorité présidentielle a annoncé l'entière réécriture. Le collectif dénonce également son «recyclage» dans l'article 18 du projet de loi sur le «séparatisme».

Les organisations coalisées demandent également le retrait des articles 21 et 22 du projet de loi «Sécurité globale», portant sur l'usage des caméras-piétons et des drones par les forces de l'ordre, ainsi que la suppression du «nouveau schéma national du maintien de l'ordre» (SNMO).

Près de 80 rassemblements prévus, les «teufeurs» de la partie

Près de 80 rassemblements sont prévus à l'appel de la coordination, dans la capitale, à Lyon, Rennes, Nantes, Caen, Rouen ou encore Le Havre.

A Paris, la manifestation doit partir à 14h  de la place Daumesnil en direction de celle de la Bastille.

D'après l'AFP, les «teufeurs» de la mouvance des «free parties» doivent rejoindre la mobilisation dans plusieurs villes, dont Paris, Bordeaux, Lille, Nantes et Rennes, afin de prôner «le droit à la culture» et dénoncer la «répression disproportionnée» après la rave party de Lieuron, en Bretagne, qui a réuni 2 400 personnes au Nouvel an.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»