Accusations contre Gérald Darmanin : de troublants SMS dévoilés par Mediapart

Accusations contre Gérald Darmanin : de troublants SMS dévoilés par Mediapart© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale à Paris, le 26 janvier 2021.
Suivez RT France surTelegram

Mediapart révèle de nouveaux éléments de l’enquête préliminaire pour viol visant Gérald Darmanin. Des SMS entre l’actuel ministre de l’Intérieur et la plaignante mettent à mal la défense.

Mediapart, qui a eu accès à de nouveaux éléments de l’enquête préliminaire pour viol visant Gérald Darmanin, révèle de nombreux SMS échangés entre l'actuel ministre de l'Intérieur et Sophie Patterson-Spatz, une femme qui l'accuse de relation contrainte. Darmanin aurait profité, selon la plaignante, de son statut de l'époque pour obtenir des faveurs sexuelles. Relancée en juin 2020 après un classement sans suite en février 2018, la plainte de Sophie Patterson-Spatz fait désormais l’objet d’une information judiciaire pour «viol».

Parmi les très nombreux échanges de SMS que Mediapart a reproduit, fautes d'orthographe comprises, il y a celui-ci. Dans la nuit du 16 au 17 décembre 2009, Sophie Patterson-Spatz répond à Gérald Darmanin : «Abuser de sa position ! Pour ma par[t] cet être un salle con !!!! Surtout quand on e[s]t dans la peine, la politique te correspond bien !!!» ; «Quand on sait l'effort qu'il ma fallu pour baiser avec toi !!!! Pour t'occuper de mon dossier». «Tu as raison je suis sans doute un sale con. Comment me faire pardonner ?», lui répond-il à 5 h 21. Plus tard, il implore : «Merci de me redonner une chance.. Es[-]tu dispo d[è]s ce soir ?»

Des échanges contredisant la version du ministre qui avait assuré aux juges avoir mis «de la distance» parce que Sophie Patterson devenait «insistante». Lorsque c'est elle qui lui écrit, c’est le plus souvent pour lui réclamer des lettres d'appui de sa part auprès de la ministre de la Justice de l'époque : «Tu peut m'envoyer par mail les lettres dont tu m'as parl[é] merci» ; «N'oublie pas ma lettre [à] Alliot[-]Marie merci» ; «Ma lettre ?».

Les faits remontent à mars 2009. Gérald Darmanin, alors âgé de 26 ans, est à l'époque chargé de mission au service juridique de l'UMP et conseiller municipal de Tourcoing. Sophie Patterson-Spatz, 37 ans, adhérente du parti, avait été condamnée en 2003 pour «tentative de chantage», «appels téléphoniques malveillants» et «menaces de mort» dans une affaire l’opposant à son ex-compagnon, et se bat pour contester cette décision. Au siège de l'UMP, on l'oriente vers Gérald Darmanin qu'on lui présente comme «un spécialiste des affaires juridiques». C'est là que leur histoire commence.

«La victime dans cette histoire, c’est moi. C’est moi dont on salit le nom. C’est à moi qu’on prête des comportements que je n’ai jamais eus», se défendait le ministre de l’Intérieur dans un entretien au Point, en août 2020.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»