«Camouflet à la méritocratie» : un service de la préfecture de Paris refuse un major de promotion

«Camouflet à la méritocratie» : un service de la préfecture de Paris refuse un major de promotion© Stefano RELLANDINI Source: AFP
Un policier effectue un contrôle le 31 décembre 2020 sur la place de l'Etoile (image d'illustration).

Selon les informations du Point, le service de la DSPAP de la préfecture de police de Paris a refusé d'intégrer un policier qui avait terminé major de sa promotion suite à une décision de la directrice, Valérie Martineau.

Dans un article paru le 22 janvier, le magazine Le Point fait état d'un véritable «camouflet à la méritocratie» : la directrice de la sécurité et de la proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP) de la préfecture de police de Paris, Valérie Martineau, aurait personnellement refusé d'intégrer un jeune policier major de sa promotion.

Selon l'hebdomadaire, il s'agit pourtant d'une tradition : en théorie, «le policier arrivé en pole position choisit la destination de sa première affectation».

Et Le Point de préciser que «selon une source à la DSPAP, la cheffe a évoqué le manque d'expérience du jeune homme pour intégrer un service très sollicité ces dernières années», en l'occurrence la compagnie de sécurisation et d'intervention parisienne, la fameuse CSI75.

Le journal pointe un autre paradoxe. Selon les informations du Point, un autre service de la préfecture de police de Paris pourrait finalement embaucher le policier en question dans un avenir proche, et pas n'importe lequel : le cabinet du préfet Didier Lallement en personne.

Le syndicat policier VIGI-MI regrette un «nivellement par le bas»

Le syndicat de police VIGI-MI a déploré : «Même les meilleurs dans la police nationale sont abaissés. Stop au nivellement par le bas.»

Cette affaire de recrutement, aussi minime soit-elle, intervient dans un contexte de crise d'identité au sein de la maison police et vient souligner les difficultés liées à la question du recrutement dans cette branche de la fonction publique.

Une enquête du Parisien avait récemment démontré que les nouvelles recrues de la police nationale, particulièrement en Ile-de-France, ne satisfaisaient plus autant que par le passé à certaines exigences élémentaires en raison d'un abaissement des critères d'entrée au concours et d'un besoin sans cesse renouvelé d'embaucher dans la région francilienne.

Ce phénomène s'est accru depuis la baisse d'effectif imposée sous la présidence de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. Et si la série d'attentats islamistes qui ont frappé la France entre 2012 et 2016 (surtout les attaques de 2015) ont suscité quelques vocations, cet effet pourrait s'être tari, selon des sources policières contactées par RT France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»