Charte des principes de l’islam: trois fédérations refusent de signer, Le Pen exige leur dissolution

- Avec AFP

Charte des principes de l’islam: trois fédérations refusent de signer, Le Pen exige leur dissolution© SAMEER AL-DOUMY Source: AFP
Musulmans dans la mosquée de Caen le 31 juillet (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La présidente du RN a réclamé la dissolution de trois fédérations du Conseil français du culte musulman (CFCM) après que ces dernières ont publié un communiqué indiquant qu'elles refusaient de signer la «charte des principes» de l'islam de France.

Trois fédérations du Conseil français du culte musulman (CFCM) indiquent le 20 janvier dans un communiqué qu'elles refusent de signer en l'état la «charte des principes» de l'islam de France, estimant que certaines dispositions risquent de «fragiliser les liens de confiance» avec les musulmans.

«Certains passages et formulations du texte soumis sont de nature à fragiliser les liens de confiance entre les musulmans de France et la Nation», déplorent les associations franco-turques CCMTF et CIMG France ainsi que le mouvement rigoriste Foi et Pratique. Cette charte, paraphée par cinq fédérations du CFCM, avait été saluée le 18 janvier par Emmanuel Macron comme un «engagement net et précis en faveur de la République».

Sitôt annoncée, la nouvelle a fait réagir la présidente du Rassemblement national, qui s'est fendue d'un tweet réclamant la dissolution des trois organisations : «Alors le gouvernement doit procéder à leur dissolution», a-t-elle écrit, accompagné d'une capture d'écran de l'AFP. 

Afin d'adopter cette charte, nous devons nous reconnaître dans son contenu

Arraché de haute lutte, le texte dénonce notamment «l'instrumentalisation» politique de l'islam, proscrit «l'ingérence» d'Etats étrangers dans le culte en France et réaffirme la «compatibilité» de la foi musulmane avec la République. Selon les trois fédérations non-signataires, «certaines déclarations [contenues dans la charte] portent atteinte à l'honneur des musulmans, avec un caractère accusatoire et marginalisant». Selon une source proche du dossier citée par l'AFP, les principaux points de désaccord exprimés par ces fédérations portent sur la définition des «ingérences» étrangères et la définition précise de l'islam politique. 

«Afin d'adopter cette charte, nous devons nous reconnaître dans son contenu. Il ne serait pas utile de signer un texte que notre communauté ne peut accepter sereinement», écrivent-elles. 

Cette charte doit ouvrir la voie à la création d'un Conseil national des imams (CNI), qui sera chargé de «labelliser» les imams exerçant en France.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»