«Diversité», «Europe»… : des journalistes de France TV payés pour privilégier certains sujets ?

«Diversité», «Europe»… : des journalistes de France TV payés pour privilégier certains sujets ?© Ludovic Marin Source: AFP
Les locaux de France Télévisions le 4 septembre 2017 à Paris (image d'illustration).

D’après des informations rapportées par Le Monde, les rédacteurs en chef de France Télévisions seraient rémunérés en partie au rendement pour évoquer des sujets comme «la diversité», «l’Europe» ou encore l’«Outre-Mer».

Dans un article mis en ligne le 18 janvier 2021, Le Monde révèle que depuis quelques mois, les rédacteurs en chef de France Télévisions seraient désormais payés en partie au rendement afin d'évoquer des sujets comme la diversité, l'Outre-Mer ou encore l'Europe. Un positionnement qui n'a pas manqué de faire réagir, notamment dans les rangs des eurosceptiques.

«"Diversité, visibilité, Outre-Mer, Europe". Ce libellé, dont la deuxième partie peut paraître pour le moins énigmatique, décrit les objectifs assignés aux rédacteurs en chef de France Télévisions depuis quelques mois, et dont dépend désormais une partie, variable, de leur rémunération», écrit en introduction de son article le quotidien du soir.

Pressions de l'exécutif ?

Une stratégie qui n'est pas sans rappeler les récentes sorties de Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, qui s'agace régulièrement des errances, selon lui, du groupe public, principalement en matière de couverture de l'actualité européenne. 

Il avait d'ailleurs appelé, le 17 septembre 2020 lors d’une audition à l’Assemblée nationale, à «renforcer les mécanismes qui conduisent nos chaînes publiques à parler davantage d’Europe» et à chercher «tous les moyens possibles de contrainte ou de pression pour arriver à cela», évoquant même «une obligation de service public».

Le Monde explique à ce titre que, durant l'examen du projet de loi audiovisuel début 2020, plusieurs amendements avaient été déposés par des députés La République en marche (LREM) «afin de pousser France Télévisions à renforcer sa couverture européenne». Si l'examen du projet de loi a été suspendu pour cause de Covid-19, l'exécutif n'aurait, d'après nos confrères, toujours pas renoncé à faire parler de l'Europe... «De fait, Emmanuel Macron l’a mis au cœur de son action, et il compte bien faire valoir ses succès à Bruxelles, s’il devait se présenter à sa succession en 2022», écrit encore Le Monde.

Parler d'Europe... en bien ?

Parler de l'Europe, oui, mais comment ? Réagissant à la publication de l'article du Monde ce 18 janvier, Clément Beaune s'est réjoui d'une «excellente initiative du service public», invitant les journalistes à «parler d’Europe, avec toute la diversité des opinions».

Mais les opinions critiques de l'Union européenne auront-elles également voix au chapitre ? Du côté des eurosceptiques, certains en doutent. Sur Twitter, Charles-Henri Gallois, président du mouvement Génération Frexit, dénonce par exemple une «propagande de l'Union européenne en Marche», en référence au mouvement politique éponyme fondé par Emmanuel Macron.

«Incitation financière pour "parler d’Europe" sur France Télévisions, entendez faire la propagande de l’UE ! Parce qu’il n’y en avait pas déjà assez ?... Dites, si on vient parler Frexit, ce sera compté dans le quota ?», a pour sa part ironisé le président des Patriotes Florian Philippot, toujours sur la plateforme de microblogging.

De son côté, le journaliste Daniel Schneidermann a évoqué, malgré un objectif qui «peut se défendre», la «pire idée de l'année». Le rédacteur en chef d'Arrêt sur images a poursuivi son raisonnement : «Tout reportage, toute enquête, sur tout sujet européen, sur France TV, sera désormais soupçonné d'être intéressé.»

Le Monde rappelle par ailleurs à juste titre que France Télévisions «propose deux heures et demie d’émissions ("La faute à l’Europe" et "Drôle d’Europe") consacrées à l’Europe chaque semaine», mais également que le groupe a été le «seul à accepter de diffuser, au printemps 2020, la série Parlement, qui relate les débuts (difficiles et cocasses) d’un jeune assistant parlementaire auprès d’un eurodéputé français largué».

Il est en outre bon d'énoncer ici quelques principes figurant dans la «Déclaration des devoirs et des droits des journalistes», communément appelée Charte de déontologie de Munich, signée en 1971 et adoptée par la Fédération européenne des journalistes, qui invite à «ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste» ou encore à «refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction». A bon entendeur.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»