Franceinfo a-t-elle caché l'orientation politique d'un plombier interviewé sur les retraites ?

Franceinfo a-t-elle caché l'orientation politique d'un plombier interviewé sur les retraites ? Source: AFP
Image d'illustration.

Après la publication d'un article présentant un plombier favorable à la réforme des retraites, Franceinfo a été épinglée pour avoir omis de préciser que celui-ci était un adhérent LREM. La chaîne s'est défendue, arguant d'une rencontre fortuite.

La chaîne d’information en continu, Franceinfo, se retrouve au centre d’une polémique après la publication sur son site, le 28 novembre, d’un article relatant l’histoire d’Olivier, plombier parisien militant pour la fin des régimes spéciaux. «Je souhaite qu’on arrête d’avoir ces régimes spéciaux […] qui créent aujourd’hui des inégalités très fortes», explique-t-il aux journalistes venus l’interviewer. Jusqu’ici rien de suspect, l’article aurait pu – dû – passer totalement inaperçu.

C’était sans compter sur la vigilance des utilisateurs des réseaux sociaux. Car à la suite de la mise en ligne du papier, de nombreux internautes se sont insurgés sur Twitter contre ce qu’ils considèrent être une manipulation de l’information. En effet, un cliché refait surface, daté du 22 mai 2017, montrant le même plombier affublé d’un t-shirt «En marche», paquet de tracts à l’effigie d’Emmanuel Macron entre les mains, en compagnie de Laurianne Rossi, qui sera élue députée La République en marche (LREM) des Hauts-de-Seine quelques semaines plus tard. «Laurianne Rossi avec Fatima Kaddouci, Animatrice #RépubliqueEnMarche Bagneux et Olivier Beurton, très bon accueil des Balnéolais», avait-elle tweeté à l'époque.

Par ailleurs, dans une publication sur son compte Facebook le 20 avril 2017, soit trois jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, Olivier avait appelé à «donner à Emmanuel Macron les voix dont il a besoin dès le 23 avril». Les internautes reprochent à la chaîne publique de ne pas avoir précisé l’orientation politique de l’interviewé, malgré son soutien très clair au futur président de la République.

Ils accusent également Franceinfo d’avoir modifié l’article en catimini afin que personne ne s’aperçoive de la supercherie. «Voici les deux versions avant les modifications de Franceinfo : la première qui ne précise même pas que le "plombier" a un quelconque lien avec LREM. La seconde qui dit uniquement que le "plombier" a voté Macron en 2017. Tout ça alors qu’ils savaient que ce type était adhérent LREM», a assuré l’un d’entre eux sur le réseau social, captures d’écran à l’appui.

Contacté par RT France, Franceinfo confirme que l’information n’apparaissait pas dans la première mouture du papier. «Notre journaliste, Benjamin Illy, se déplace aléatoirement et n’a aucune idée de la personne à qui il s’adresse», se défend toutefois le service de presse de la chaîne. L’article a depuis été modifié, précisant que l’homme a «voté pour Emmanuel Macron à la dernière présidentielle» et qu’il est «adhérent» de LREM.

Cependant les internautes ne se sont pas arrêtés là. Déterrant le passé du plombier, ils ont finalement mis la main sur son profil sur le site de BFMTV, qui répertorie les dirigeants d’entreprises. Alors que dans son article Franceinfo le dépeignait comme un «artisan, à la tête d'une petite entreprise de plomberie», on s’aperçoit en fait qu’Olivier est bien gérant de la société PCEP, au chiffre d’affaires de 323 031 euros en 2018, spécialisée dans les «travaux d’installation d’eau et de gaz en tous locaux» mais aussi celui de la société Tocablan, entreprise louant des «terrains et d’autres biens immobiliers». Elles sont toutes deux domiciliées à la même adresse, dans le XIVe arrondissement de la capitale. L’homme est en outre administrateur d’une autre société, cette fois-ci de construction automobiles : Automobiles de Fremond. Contacté par RT France, le gérant de PCEP a reconnu être l’homme interviewé par Franceinfo mais a refusé de répondre à nos questions.

Le Point avait en outre déjà rencontré Olivier en novembre 2016. Dans un article titré Ils en sont venus aux mains !  et publié dans la version papier de l'hebdomadaire, on apprenait que l’homme né en 1961 est diplômé d’HEC, fils de médecin et de chirurgien du VIIIe arrondissement de Paris et qu’il a été directeur général de Pierrot Gourmand, filiale d’Andros. «Je gagne de quoi rester à l’aise dans ma caste», avait-il alors déclaré au magazine après sa reconversion dans la plomberie au début des années 2000. Un profil atypique donc, dont on comprend désormais mieux la volonté de voir disparaître les régimes spéciaux. 

Alexis Le Meur

Lire aussi : Un «Conseil de déontologie journalistique» va voir le jour en France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»