«Abject» : polémique après les propos de Finkielkraut sur le consentement des mineurs

«Abject» : polémique après les propos de Finkielkraut sur le consentement des mineurs Source: AFP
Alain Finkielkraut devant le tribunal de Paris, le 22 mai 2019 (image d'illustration)

En réaction aux accusations d'inceste visant Olivier Duhamel, l'académicien a considéré qu'un mineur de 14 ans pouvait consentir à un rapport sexuel avec un adulte. Des propos qui ont indigné des associations et des personnalités.

Le 11 janvier 2021, dans l'émission 24h Pujadas sur LCI, le philosophe et académicien Alain Finkielkraut a défendu le droit de se demander si il y a eu «consentement» et «une forme de réciprocité» avec l'adolescent de 14 ans dont aurait abusé le politologue Alain Duhamel. Des propos qui ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. 

Le philosophe de 71 ans, coutumier des propos polémique, a mis en cause une «société victimaire» dans laquelle «on vous tombe immédiatement dessus» lorsqu'on se demande si il y a eu consentement ou s'il y a eu «une forme de réciprocité» dans l'affaire des accusations d'inceste visant Alain Duhamel. 

Ce à quoi le journaliste David Pujadas a rétorqué que la victime présumée était âgée de 14 ans au moment des faits. «Et alors ? D’abord on parle d’un adolescent, c’est pas la même chose», lui a répondu Alain Finkielkraut. «A chaque fois que vous voulez faire une distinction, ça paraît comme une absolution» s'est ensuite plaint l'académicien, qui avait il y a quelque temps défendu l'innocence du cinéaste Roman Polanski dans l'affaire de viol pour laquelle il est toujours sous le coup d'un mandat d'arrêt de la justice américaine.

Des appels à «respecter l'interdit absolu et inconditionnel de l'inceste»

Ces propos ont entraîné de nombreuses réactions, dont celles d'associations. 

Sur son compte Twitter, l'association Face à l'inceste a ainsi rappelé que «même si l'enfant était consentant voire demandeur, c'est à l'adulte de poser des limites et de respecter l'interdit absolu et inconditionnel de l'inceste». 

L'association Nous toutes a elle aussi réaffirmé qu'un enfant n'était jamais consentant à une relation sexuelle avec un adulte.

David Nakache, président de l'association Tous citoyens ! a quant à lui qualifié ces propos du philosophe concernant un «viol incestueux d'un mineur» de «juste abject[s]».

Egalement sur Twitter, la romancière Tristane Banon – qui a accusé Dominique Strauss-Khan de l'avoir agressée sexuellement – a interpellé Alain Finkielkraut : «N'avez vous donc pas appris, à l’école, que la conscience de l’autre (et de soi) est un peu de ce qui nous différencie des animaux?»

«Avez-vous seulement eu 14 ans avant d’être le vieux penseur provocateur que vous êtes devenu?», a-t-elle poursuivi.

Le député et co-président du parti «Les nouveaux démocrates» Aurélien Taché (ancien LREM) a critiqué David Pujadas qui n'a pas rappelé à Alain Finkielkraut, selon lui, que «la société avait estimé qu'en cas de domination (par exemple en situation intrafamiliale) et au dessous d'un certain âge, il ne pouvait y avoir consentement».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»