Fichage des opinions politiques : «Ces fichiers deviennent des instruments disproportionnés»

Suivez RT France surTelegram

Paul Mathonnet, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, s'inquiète de la possibilité de fichages disproportionnés des citoyens au nom de la sécurité publique et de la sûreté de l'Etat.

Le 4 janvier, le Conseil d'Etat a confirmé la possibilité pour la police et la gendarmerie de ficher les opinions politiques, appartenances syndicales et données de santé au nom de la sûreté de l'Etat, rejetant les requêtes de syndicats qui dénonçaient le caractère «indigne d'un Etat de droit» de ces décrets dans un communiqué.

Paul Mathonnet, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, s'inquiète de l'apparition de fichiers «disproportionnés par rapport aux finalités poursuivies» et souhaite des garanties «car chacun peut faire l'objet de collecte de données».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»