Echange tendu sur Twitter entre Aphatie et Buisine au sujet d'une vidéo de la rave party de Lieuron

Echange tendu sur Twitter entre Aphatie et Buisine au sujet d'une vidéo de la rave party de Lieuron© Jean-François MONIER Source: AFP
Un fêtard et des gendarmes en poste près du hangar désaffecté où a eu lieu la rave party, à Lieuron, le 2 janvier 2021.
Suivez RT France surTelegram

Jean-Michel Aphatie a reproché à Remy Buisine d'avoir publié sur Twitter une vidéo de la rave party illégale de Lieuron, qui encouragerait selon lui à l’incivisme. Un échange de tweets sur leur vision respective du journalisme s'est ensuivi.

Le 2 janvier au matin, le journaliste de Brut Remy Buisine a publié sur Twitter une vidéo montrant des participants à la rave party illégale de Lieuron quitter les lieux en véhicules motorisés, par un chemin qui leur aurait permis d’éviter d'être verbalisés. Son confrère Jean-Michel Aphatie a considéré que cette publication encourageait «l’incivisme et l’égoïsme sous le couvert de la neutralité journalistique», et que cet acte n'était «ni courageux, ni responsable». Un ping-pong de tweets entre les deux personnalités médiatiques sur le thème de la neutralité journalistique s'est alors ensuivi. 

Le journaliste de Brut a ainsi déclaré ne rien encourager et a recommandé à Jean-Michel Aphatie de «garder [ses] interprétations pour [lui]». «Par contre recevoir des leçons de neutralité journalistique de votre part, c’est... comment dire la bonne blague de ce début d’année», a-t-il également lancé à son aîné. 

Ce à quoi Jean-Michel Apathie a répondu que la neutralité n'existait pas. L'éditorialiste de LCI a en outre tourné en dérision la formule «les faits rien que les faits» employée par le reporter de Brut, la considérant bonne «pour les petits enfants». «Réfléchissez à votre formule fétiche et posez-vous la simple question de savoir ce qui vous mène ici plutôt qu’ailleurs : les faits ? Ou vos émotions, votre culture, tout ce qui vous fait homme de chair et de sang ?», a également suggéré Jean-Michel Apathie. 

Remy Buisine a clos la discussion en affirmant n'avoir «jamais mis un pied dans une rave party avant hier» et ne pas être «un adepte de ce genre de "clash"». «Devant des accusations malhonnêtes et infondées cela m’oblige à regret à devoir vous répondre pour me défendre», a-t-il conclu – non sans avoir, au préalable, échangé des vœux de bonne année avec son interlocuteur.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a fait état ce 2 janvier vers 11h de plus de 1 200 verbalisations de participants à cette rave party illégale, qui durait depuis le 31 décembre au soir. «Les gendarmes continuent les contrôles et poursuivent les organisateurs», a-t-il ajouté, également sur Twitter.

Ce matin du 2 janvier, notre reporter Charles Baudry avait également capturé des images de fêtards quittant la rave party illégale de Lieuron, au même endroit que la scène filmée par Remy Buisine. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»