Strasbourg, Lyon, Nice... Voitures incendiées et tirs de mortiers durant la nuit du Nouvel An

Strasbourg, Lyon, Nice... Voitures incendiées et tirs de mortiers durant la nuit du Nouvel An© Stefano RELLANDINI Source: AFP
Des policiers à Paris le soir du 31 décembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des incendies de voitures et des tirs de mortiers d'artifice lors la nuit de la Saint-Sylvestre ont été signalés dans plusieurs villes. Pour autant, la nuit a été «globalement calme» sur l'ensemble du territoire selon l'entourage de Gérald Darmanin.

Agences de presse, médias locaux et syndicats policiers ont fait état de divers incidents survenus, en France, dans la nuit de la Saint-Sylvestre. 

L'entourage du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, cité ce 1er janvier par l'AFP, a déploré de «nombreuses» prises à partie des forces de l'ordre, notamment avec des tirs de mortiers d'artifices. Pour autant, sur l'ensemble du territoire, la nuit du Nouvel An, sous couvre-feu pour cause d'épidémie de Covid-19, a été «globalement calme», selon l'entourage du ministre. «La nuit, s'est, au vu des premières remontées, très bien passée», a ajouté la même source, soulignant qu'à Paris et en petite couronne, «globalement», la nuit avait été «calme».

Un bilan officiel des incidents doit être communiqué en fin de journée.

Une trentaine de voitures brûlées à Strasbourg

L'AFP, citant des sources concordantes, a rapporté peu avant minuit que des voitures avaient été incendiées le soir du 31 décembre à Strasbourg (Bas-Rhin), malgré le couvre-feu, «mais en moins grand nombre que l'an dernier».

Selon une source syndicale policière citée par l'AFP, une trentaine de voitures ont été brûlées dans différents quartiers de la capitale alsacienne. En outre, malgré l'interdiction de vente et d'achat décrétée par la préfecture pour tout le mois de décembre, pétards et tirs de mortier ont été entendus dans la soirée.

Le dispositif policier avait été renforcé et le stationnement interdit dans plusieurs rues et zones d'habitation de Strasbourg pour cette nuit-là. Plusieurs parkings gratuits et surveillés ont par ailleurs été mis à disposition des habitants jusqu’au 2 janvier et la vente de carburant au détail a été interdite.

Dans le Bas-Rhin également, un jeune homme de 25 ans est décédé à Boofzheim des suites de la manipulation d'un mortier de feu d'artifice, selon la préfecture citée par l'AFP, qui précise que l'individu a eu «la tête arrachée» par le tir. Un homme de 24 ans, qui l'accompagnait, a eu lui «le visage abîmé» et est hospitalisé, selon l'AFP. Trois autres personnes ont été blessées à la main dans d'autres communes du Bas-Rhin, d'après la même source.

Meurthe-et-Moselle : des policiers visés par des tirs de mortiers

L'Est républicain a fait état, tard le 31 décembre, d'un début de soirée «agité» dans le centre de Tomblaine, en Meurthe-et-Moselle. Selon le média local, des policiers en véhicules banalisés ont été pris à partie par une vingtaine d'individus. «Ces derniers ont tiré des mortiers d'artifices en direction des véhicules de police. Les fonctionnaires [ont riposté] par plusieurs tirs effectués avec leurs lanceurs de balles de défense (LBD 40)», précise le journal. Des renforts sont arrivés par la suite et le calme semblait être revenu vers 22h30. «Il n'y a eu ni blessé, ni interpellé», précisait L'Est républicain, avant minuit.

Des véhicules des forces de l'ordre ciblés en région parisienne

Selon l'AFP, des tirs de mortiers d'artifice visant notamment des véhicules de police ont également été constatés dans plusieurs villes de la petite couronne parisienne, notamment à Nanterre (Hauts-de-Seine), à Limeil-Brévannes et Arcueil dans le Val-de-Marne, ou encore à Villemomble et Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis. 

Véhicules incendiés à Lyon

Le site LyonMag rapportait, tôt ce 1er janvier, que «des véhicules en train de brûler [avaient] été signalés par dizaines dans l’agglomération» lyonnaise. 

«Des tirs de mortiers et de feux d’artifice, pourtant interdits par la préfecture, ont également été réalisés dans certains quartiers. Aucun blessé ne serait à déplorer», selon le média local, vers 8h.

Incidents dans le Pas-de-Calais

«Plusieurs incendies ont été allumés à Bruay-la-Buissière [Pas-de-Calais], dans le quartier de la gare entre 23 heures et minuit», fait savoir La Voix du Nord, ce matin du 1er janvier.

Deux voitures ont été calcinées et des poubelles ont brûlé dans cette commune de 22 000 habitants, selon le journal septentrional.

Dans le même département, des échauffourées ont éclaté dans le quartier Beau Marais de Calais, selon une source policière citée par l'AFP. Celle-ci fait état de tirs de mortiers d'artifices contre les forces de l'ordre, qui ont fait usage de lacrymogènes.

Trois policiers ont été légèrement blessés et un individu a été interpellé et placé en garde à vue à l'issue de ces troubles, qui ont démarré aux environs de 21h, selon la préfecture.

Dans le Pas-de-Calais également, à Sallaumines, une journaliste de la Voix du Nord a diffusé une photo de véhicule incendié dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

Un bureau de poste incendié à Bordeaux

Selon des sources policières citées par l'AFP également, un bureau de poste a été incendié dans le quartier des Aubiers à Bordeaux. Plusieurs arrêts de bus et un bungalow appartenant à la société de transports publics de l'agglomération ont également été détruits.

Tirs de mortiers contre la police à Nice, selon Unité SGP Police

Sur Twitter, la section Alpes-Maritimes du syndicat policier Unité SGP Police a témoigné de conditions d'intervention «très compliquées» à Nice dans la soirée du 31 décembre, faisant notamment état de feux de containers et de poubelles.

Par la suite, le syndicat policier a fait savoir que des tirs de mortiers avaient ciblé des policiers et des véhicules de police à Nice.

Un policier a en outre été blessé à Cannes, dans le même département, selon Unité SGP Police.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»