Destructions à Paris : Aurore Bergé assimile-t-elle les manifestants aux casseurs ?

Destructions à Paris : Aurore Bergé assimile-t-elle les manifestants aux casseurs ?© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Des casseurs en train d'installer une barricade le 5 décembre.
Suivez RT France surTelegram

La députée LREM Aurore Bergé a estimé dans une interview à France Info que la plupart des manifestants du week-end étaient dans la rue pour casser plutôt que pour revendiquer. Un avis qui n'est pas partagé par des opposants à la loi Sécurité globale.

La députée macroniste Aurore Bergé n'a pas mâché ses mots contre les opposants à la loi Sécurité globale, encore descendus en nombre le 5 décembre pour une journée de mobilisation marquée par d'importantes dégradations, surtout dans la capitale. 

«Il y a une volonté de casse de la plupart de ceux qui manifestent», a-t-elle ainsi accusé sur France Info le 6 décembre, déplorant d'ailleurs des lacunes dans l'organisation des manifestations contre la loi Sécurité globale. «Aujourd'hui, vous avez des mots d'ordre qui sont beaucoup plus diffus, vous n'avez pas d'organisations qui appellent clairement à manifester, vous n'avez pas de service d'ordre qui vienne contrôler», a aussi critiqué la présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée.

«Est-ce que celles et ceux qui manifestaient hier manifestaient vraiment ? Moi, j'ai vu surtout beaucoup de casse plus que de manifestants. Est-ce qu'ils manifestaient encore sur le fond pour certains ? Est-ce que c'est l'article 24 ? Est-ce que c'est toute la proposition de loi maintenant ? Est-ce que ce sera dans 15 jours [pour] la démission ministre ?», a-t-elle par ailleurs déclaré, sceptique sur les motivations réelles de ces manifestants.  

95 personnes ont été arrêtées le 5 décembre en France lors de manifestations parfois émaillées de violents incidents qui ont fait 67 blessées parmi les forces de l'ordre, selon un «bilan définitif» donné le 6 décembre par Gérald Darmanin.

Mais contrairement à ce que semble croire Aurore Bergé, les casseurs ne représentent pas la majorité des manifestants. Loin de là. Une source policière citée par l'AFP a chiffré entre 400 et 500 à Paris, le nombre d'«éléments radicaux» sur un chiffrage de 5 000 manifestants à Paris (aucune estimation n'a été donnée côté organisateurs).

La lutte contre le projet de loi (PPL) sur la sécurité globale est en tout cas bel et bien un mot d'ordre précis des dernières mobilisations du le 6 décembre. D'autre part, Aurore Bergé semble nier le fait que des syndicats ont en conséquence appelé à manifester, dont le principal syndicat des journalistes le SNJ. 

Un collectif d'organisations, «Stop loi sécurité globale», a même été fondé pour manifester et remettre en cause plusieurs articles de la PPL : «La coordination dispose d’un mandat clair : le retrait des articles 21, 22, qui organisent une surveillance de masse, et l'article 24 de la proposition de loi sécurité globale, ainsi que le retrait du nouveau Schéma national du maintien de l’ordre. Cette proposition de loi vise à porter atteinte à la liberté de la presse, à la liberté d’informer et d’être informé, à la liberté d’expression, en somme aux libertés publiques fondamentales de notre République.»

Plusieurs cadres syndicaux se désolidarisent d'ailleurs publiquement et totalement des black blocs et/ou casseurs. Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, a par exemple affirmé le 6 décembre sur BFM TV qu'il ne fallait pas «confondre les manifestants qui défendent une cause [...] et ceux qui dans les manifestations sèment le chaos, détruisent à tout-va». Laurent Berger «condamne» de fait «sans faille» et demande à ce que ces casseurs «soient poursuivis». 

Quant aux politiques, l'opposition distingue aussi manifestants et casseurs. L'adjointe socialiste à la mairie de Paris, Audrey Pulvar, déplore qu'«à Paris, une fois de plus, des casseurs infiltrent un manifestation pacifique pour la desservir et se livrer à des violences inadmissibles». Elle exprime son «soutien aux forces de l'ordre, cibles d’agressions, aux manifestants dont la mobilisation est confisquée [et] aux commerçants». 

Les casseurs, meilleurs ennemis du gouvernement ? 

La sénatrice d'Europe Ecologie Les Verts, Esther Benbassa, considère également le 28 novembre que les «casseurs et incendiaires n'ont rien à voir avec les innombrables manifestants pacifiques», pour elle, les casseurs donnent ainsi «au pouvoir un prétexte pour justifier sa propre violence». «Gérald Darmanin les remercie», ajoute-t-elle sur Twitter.

Dans la même veine, le député de La France insoumise Alexis Corbière a constaté une manifestation du 5 décembre comme «pacifique, revendicative». «Ceux qui agressent des policiers, détruisent ou brûlent non seulement commettent des actes dangereux et condamnables, mais sont les alliés objectifs des Darmanin et [le préfet de police] Lallement», argumente le parlementaire.

«D'abord je voudrais condamner ces violences comme à chaque fois le Parti communiste le fait quand il y a des manifestations. Des violences qui sont le fruit de casseurs qui s'infiltrent [...] et qui n'ont rien à voir avec les revendications et des violences qui sont aussi le fruit d'une politique de maintien de l'ordre qui n'est pas du tout adaptée, voire qui fait parfois le choix de ne pas s'attaquer aux casseurs et de les laisser briser des vitrines de magasins», a déclaré pour sa part le secrétaire national du PCF Fabien Roussel sur Radio J le même jour.

À l'opposé du spectre politique, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a accusé pour sa part le pouvoir de laisser faire les casseurs : «Le gouvernement sait qui ils [les casseurs] sont, ils ont leur nom, ils ont leur adresse, ils savent de qui ils sont les enfants, il savent où ils habitent, et on les laisse venir casser, brûler.» «Les renseignements français le savent pertinemment», avance-t-elle

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»