Une centrale géothermique à l'origine de tremblements de terre à Strasbourg crée la polémique

- Avec AFP

Une centrale géothermique à l'origine de tremblements de terre à Strasbourg crée la polémique© Frederick FLORIN Source: AFP
Le site de la centrale géothermique de Fonroche, à Reichstett (Bas-Rhin), le 18 novembre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Des élus demandent l'abandon d'un projet de centrale géothermique à l'origine de nombreux séismes frappant l'agglomération strasbourgeoise. Les derniers en date ont été de magnitude 3,5 et 2,8.

Deux séismes de magnitude 3,5 et 2,8 sur l'échelle de Richter et liés au développement d'un projet de centrale géothermique ont réveillé le 4 décembre 2020 au matin les habitants de l'agglomération de Strasbourg, entraînant l'arrêt progressif des activités de la centrale par l'exploitant et des demandes d'abandon «définitif» du projet par des élus.

Le Réseau national de surveillance sismique (Rénass) a classé ces deux tremblements de terre comme «induits», c'est-à-dire provoqués par l'activité humaine. L'épicentre du premier séisme se trouve au niveau de la commune de La Wantzenau, à une dizaine de kilomètres au nord de Strasbourg, près de la centrale géothermique de l'entreprise Fonroche.

Cette centrale – qui n’est pas encore mise en exploitation – fait partie de trois projets visant à permettre à l’Eurométropole de Strasbourg d’atteindre 100% d’énergies renouvelables à l’horizon 2050, comme le rappelle Le Monde.

Sur ce site localisé sur les communes de Vendenheim et Reichstett, deux puits profonds de cinq kilomètres ont été creusés afin de pomper l'eau chaude souterraine pour en exploiter en surface le potentiel énergétique et la réinjecter ensuite sous pression dans le sous-sol.

Ces séismes sont un «événement anormal», a concédé Jean-Philippe Soulé, directeur général de Fonroche Géothermie. «Une centrale géothermique crée toujours de la microsismicité, un petit peu plus au début, au démarrage, quand le chemin de l'eau se crée entre les deux puits. Mais là, elle en a créé beaucoup trop», précise-t-il. 

Après ces nouveaux incidents, les activités sur le site, déjà réduites au minimum, vont être diminuées progressivement vers un arrêt total afin de limiter le risque de nouvelle secousse. La procédure «se déroulera sur environ un mois», a précisé Fonroche.

Face à la «psychose», des élus demandent l’arrêt du projet

La première secousse, ressentie dans tout Strasbourg à 6h59, a provoqué «une psychose» chez les habitants des communes proches de l'épicentre, selon le maire de Reichstett, Georges Schuler.

Celui-ci a fait état de quelques dégâts matériels et de nombreux appels de riverains paniqués. «C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Nous demandons l'arrêt définitif de l'exploitation du site», a déclaré le maire à l’AFP juste avant une réplique de magnitude 2,8 enregistrée dans la même zone à 11h10.

Georges Schuler a été rejoint par Pia Imbs, la présidente (sans étiquette) de la métropole de Strasbourg, qui a demandé dans un communiqué «un arrêt définitif du projet porté par Fonroche à Vendenheim». Ses services ont annoncé la tenue d'une réunion publique le 11 décembre sur le sujet.

Après une audioconférence avec les maires des communes concernées, le préfet du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, a diligenté une enquête administrative.

Un abandon du projet n'est cependant pas à l'ordre du jour, a fait savoir le directeur général de Fonroche Géothermie. «Il existe toujours des solutions. Aujourd'hui, on n'est pas dans la perspective d'un arrêt définitif du projet, ce n'est pas le sujet. Par contre, ce sera peut-être très long», a-t-il déclaré.

Fonroche avait obtenu en 2016 du préfet une autorisation de forage contre l'avis des élus des communes concernées. La société a jusqu'ici investi près de 100 millions d'euros dans cette centrale qui vise à alimenter, selon elle, entre 15 000 et 20 000 logements en électricité, et 26 000 en chaleur directe.

Une sismicité «déclenchée» par l'activité humaine

La secousse du 4 décembre intervient après plusieurs autres séismes moins intenses enregistrés depuis 13 mois et liés à la géothermie.

La controverse s'amplifie depuis un premier séisme de magnitude 3,1, le 12 novembre 2019. Son épicentre était situé à cinq kilomètres du site de géothermie. Considéré comme étant d'origine naturelle par Fonroche, il avait été classé «induit» par le Rénass. Les données étudiées relevaient cependant des fuites dans le sous-sol, toute l’eau injectée n’étant pas récupérée.

«Dans la sismicité induite, il faut distinguer deux phénomènes», explique Jean Schmittbuhl, directeur de recherche au CNRS en sismologie. «Il y a ceux liés à la mise en pression directe du fluide. C'est ce qui s'est passé ces dernières semaines jusqu'à ce [vendredi] matin. Et il y a la sismicité dite déclenchée, quand le système, naturellement, était très proche de rompre, et que l'activité humaine constitue l'élément déclencheur. C'est ce qui s'est vraisemblablement passé l'an dernier.»

Comme le révèle le quotidien Le Monde, les experts de l’Ecole et observatoire des sciences de la Terre de Strasbourg (EOST) contestent que l’installation ait été réellement sécurisée après l’incident de 2019. Les dernières données communiquées par Fonroche affichaient en effet des valeurs de pression en tête de puits trois fois plus élevées que celles correspondant à une circulation«de sécurité» de l’eau.

En septembre 2020, la préfecture du Bas-Rhin avait autorisé la réalisation de tests dans les puits de la centrale afin de trancher sur la question de l'origine du séisme de 2019. Mais ces tests ont été interrompus fin novembre après une nouvelle série de secousses, de magnitudes plus faibles, comprises entre 1,1 et 2,7, suffisantes néanmoins pour susciter la crainte des riverains.

                

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»