Sauvetage périlleux par les airs d'un homme de 300 kilogrammes à Perpignan

- Avec AFP

Sauvetage périlleux par les airs d'un homme de 300 kilogrammes à Perpignan© GUILLAUME COLLARD Source: Reuters
choc
L'évacuation par les airs d'un homme atteint d'obésité sévère le 1er décembre 2020 à Perpignan.
Suivez RT France surTelegram

Alain Panabière, 53 ans, vivait reclus à Perpignan, à même le sol de son appartement, depuis des mois. Pesant environ 300 kilogrammes, l'homme a été évacué le 1er décembre par les airs, à l'aide d'une grue. L'opération a duré plus de deux heures.

Les qualificatifs ne manquent pas pour désigner l'évacuation par les airs d'Alain Panabière, âgé de 53 ans et pesant environ 300 kilogrammes. Une opération «réussie», délicate et inhabituelle qui s'est déroulée le 1er décembre comme prévu. Il vivait à même le sol depuis des mois dans son appartement à Perpignan. 

Après des heures de consolidation de l'édifice insalubre de deux étages et la destruction d'une partie de la façade, Alain Panabière a été extrait dans un conteneur blanc, suspendu à une grue, avant d'être pris en charge dans une ambulance spécialisée. 

L'opération a été réalisée plus rapidement que prévu et son état de santé a pu être préservé, c'est ce que l'on craignait le plus

Pour assurer cette intervention extrêmement périlleuse au cours de laquelle la vie du quinquagénaire était en jeu, plus de 50 personnes étaient mobilisées depuis la matinée du 1er décembre. Policiers, pompiers, équipes médicales, mais aussi personnels de la mairie et du département ont pris part à l'évacuation, a indiqué la préfecture.

«Tout s'est bien passé. L'opération a été réalisée plus rapidement que prévu et son état de santé a pu être préservé, c'est ce que l'on craignait le plus», a affirmé le commandant des pompiers intervenant sur place, Aurélien Paris.

Alain Panabière a été conduit dans un premier temps au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Saint-Eloi à Montpellier pour une «évaluation globale» de son état de santé, avant son transfert quelques semaines plus tard vers un centre de rééducation, selon Antoine Avignon, le chef du service Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition.

«Quand on re-mobilise une personne immobilisée pendant deux à cinq ans, il y a un risque de décompensation circulatoire, de thrombose. C'est un système cardio-vasculaire longtemps au repos qui est réactivé», précise le médecin. 

Drame de l'obésité

Vivant reclus chez lui et immobilisé au sol depuis des mois, «après s'être vraisemblablement cassé une jambe», selon son avocat Jean Codognès, Alain Panabière était alimenté par son frère mais son état de santé se dégradait rapidement.

Après de longs mois de tractations entre sa famille, son avocat et les autorités, une solution a été trouvée et les services de l'Etat, du département et de la ville de Perpignan ont organisé cette opération. 

Jean Codognès avait envoyé fin octobre une lettre au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin pour lui demander une intervention urgente. Quelques jours plus tard, son client et la Ligue nationale contre l'obésité avaient porté plainte contre X pour «non-assistance à personne en danger» et «omission de porter secours à personne en péril». 

La prochaine étape pour le quinquagénaire sera «de récupérer de l'autonomie, chose qu'il n'avait plus», a expliqué à la presse Jean Codognès, reconnaissant que sa «situation n'[était] pas simple».

Cette affaire «jette une lumière très crue sur le drame de l'obésité que vivent en France des millions de gens aujourd'hui», affirme à l'AFP Agnès Maurin, la directrice de la Ligue contre l'obésité.

Elle déplore l'absence de reconnaissance de cette «pathologie» par l'Etat français, sa «prise en charge aléatoire», ainsi que le «manque de formation des médecins généralistes face à l'obésité qui touche sept millions de Français, selon une étude de 2012». 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix