Environ 2 000 manifestants contre un projet d'implantation d'Amazon au sud de Nantes

Environ 2 000 manifestants contre un projet d'implantation d'Amazon au sud de Nantes© David Becker Source: AFP
Vidéo
Une usine du géant américain du commerce électronique, Amazon, à Las Vegas (Nevada) aux Etats-Unis (image d'illustration).

«Bezos veut toujours plus de pesos» : entre 1 500 et 2 000 personnes ont manifesté près de Nantes contre l'implantation d'«une plateforme de transit» d'Amazon. Ils ont fustigé l'impact néfaste de ce projet pour l'économie locale.

Entre 1 500 personnes, selon la préfecture, et plus de 2 000, d'après les organisateurs, ont manifesté le 28 novembre 2020 à Montbert (Loire-Atlantique) près de Nantes, contre l'implantation d'«une plateforme de transit» d'ampleur régionale du géant de l'e-commerce américain Amazon, et dénoncé l'impact néfaste de ce projet pour l'économie locale.

Partis après 14h du rond-point du lieu-dit Le Butay, les manifestants ont marché jusqu'à l'entrée grillagée du futur site d'Amazon. «Bezos veut toujours plus de pesos», «Stop à Amazon et son monde», «Ni ici ni ailleurs», «Oui à l'Amazonie. Non à Amazon», pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants.

Nous voulons dénoncer l'impact qu'aurait ce projet pour l'activité fiscale, sociale et l'économie locale

«Nous voulons dénoncer l'impact qu'aurait ce projet pour l'activité fiscale, sociale et l'économie locale», a déclaré à l'AFP le porte-parole d'ATTAC 44, Guillaume Erceau, ajoutant vouloir «créer un rapport de force à Montbert et à la communauté de communes» face à Amazon.

Le 17 novembre 2020 déjà, 300 personnes s'étaient rassemblées à Montbert contre le projet d'Amazon. Selon le maire de Montbert Jean-Jacques Mirallié (sans étiquette), qui défend la perspective de nouveaux emplois dans sa commune, Amazon souhaite acheter un terrain appartenant à la communauté de communes de Grand Lieu situé sur une ancienne friche hospitalière transformé en zone d'activité.

Il s'agit, d'après Jean-Jacques Mirallié cité par l'AFP, «d'une surface de 14 hectares pour y construire un bâtiment de 50 000 m² au sol, sur trois niveaux, ce qui fait qu'il y a une surface plancher, avec les bâtiments annexes, de 180 000 m²».

L'édile avait également précisé à l'AFP qu'il s'agirait d'«une plateforme de transit» d'ampleur régionale et que le projet qui pourrait voir le jour «en 2022-2023» représenterait environ 1 500 emplois en saison creuse et «aux alentours de 2 000 emplois» lors des pics d'activité.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»