«Bât****», «Fils de chiennes» : le vice-ministre turc de la Culture insulte Charlie Hebdo

«Bât****», «Fils de chiennes» : le vice-ministre turc de la Culture insulte Charlie Hebdo© Eric GAILLARD Source: Reuters
Un numéro de Charlie Hebdo dans un kiosque de Nice le 25 février 2015 (image d'illustration)

En réaction à la Une de Charlie Hebdo caricaturant le président turc Recep Tayyip Erdogan, son vice-ministre de la Culture et du Tourisme a qualifié l'équipe du journal satirique de «bâtards» et de «fils de chiennes»

Le 27 octobre 2020, le vice-ministre de la Culture et du Tourisme turc Serdar Çam a qualifié sur son compte Twitter l’équipe du journal satirique Charlie Hebdo de «bâtards» et de «fils de chiennes», quelques heures après que l’hebdomadaire ait dévoilé la Une de son numéro du 28 octobre. La présidence turque a annoncé une réponse «judiciaire et diplomatique» et le président Recep Tayyip Erdogan a lui fustigé les «vauriens» de Charlie Hebdo.

La Une est une caricature du président turc représenté en sous-vêtements, la langue pendante et canette à la main, en train de soulever le djilbab d’une femme dont on voit les fesses et commentant : «Ouuuh! Le prophète!»

La direction de la communication de la présidence turque a elle réagi dans un communiqué en français mis en ligne sur Twitter : «Les actions judiciaires et diplomatiques nécessaires seront entreprises contre ladite caricature.»

Recep Tayyip Erdogan a également commenté le dessin lors d'un discours à Ankara : «Je n'ai pas regardé cette caricature […] Il est inutile de dire quoi que ce soit au sujet de ces vauriens.» «Ma colère n'est pas due à l'attaque ignoble contre ma personne, mais aux insultes contre le prophète [...] Nous savons que la cible, ce n'est pas ma personne, mais nos valeurs», a-t-il ajouté.

Le responsable des médias et de la communication au sein de la présidence turque Fahrettin Altun a quant à lui condamné, toujours sur la plateforme de microblogging, cet «effort dégoûtant» visant à  «propager le racisme culturel et la haine».

Cette nouvelle escalade des tensions entre la Turquie et la France prend place après que le président truc ait appelé les Turcs à ne plus acheter de produits français, suite à la déclaration d’Emmanuel Macron assurant que la France ne cesserait pas de publier des caricatures du prophète Mahomet lors de l’hommage rendu au professeur décapité Samuel Paty.

Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu’il s’agit d’une «campagne de lynchage semblable à celle contre les Juifs d’Europe avant la Seconde guerre mondiale [qui] est en train d’être menée contre les musulmans», accusant certains dirigeants européens de «fascisme» et de «nazisme». 

Deux jours plus tôt, le 24 octobre, le président turc s'en était déjà pris avec virulence à son homologue français, jugeant qu’Emmanuel Macron avait un «problème» avec les musulmans et l'invitant à «se faire soigner». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»