Attentat de Conflans : le terroriste a-t-il payé des mineurs pour trouver Samuel Paty ?

Attentat de Conflans : le terroriste a-t-il payé des mineurs pour trouver Samuel Paty ?© BERTRAND GUAY Source: AFP
Hommage à Samuel Paty, devant le collège Bois-d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (image d'illustration).

Le journal Le Monde publie les premiers éléments de l'enquête après l'attentat islamiste de Conflans au cours duquel un enseignant a été tué. Le terroriste auteur des faits aurait notamment cherché à retrouver Samuel Paty en payant des mineurs.

Après le meurtre de l'enseignant Samuel Paty le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), non loin du collège où il enseignait l'histoire, l'enquête menée par la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la Direction général de la sécurité intérieure (DGSI) cherche notamment à élucider comment l'assaillant islamiste Abdouallakh Anzorov, Tchétchène de 18 ans résidant à Evreux, est parvenu à localiser la victime.

Selon les informations du journal Le Monde, le terroriste islamiste aurait trouvé l'enseignant en payant des élèves du collège Bois-d'Aulne où enseignait Samuel Paty. Evoquant un «procédé inhabituel pour un terroriste», le quotidien vespéral décrit la démarche d'Abdouallakh Anzorov : «Muni de plusieurs centaines d’euros, il a abordé des collégiens en leur proposant de l’argent en échange d’informations. La somme a ensuite circulé de mains en mains. L’un des élèves, âgé de 15 ans, a pour cette raison été placé en garde à vue.»

Le journal précise que «rien ne permet de dire à ce jour, que le garçon ayant désigné Samuel Paty pouvait imaginer la suite macabre des évènements», mais il souligne que les investigations s'inscrivent «dans un environnement très tendu, dans lequel beaucoup de témoins sont mineurs».

Selon Le Monde, les enquêteurs de la police judiciaire se pencheraient également sur le parcours intérieur du terroriste. Radicalisé au cours des 12 derniers mois, selon des proches placés en garde à vue, dont les propos sont évoqués par cette même source, Abdouallakh Anzorov était «solitaire, taciturne» et «amateur de sports de combats», mais n'était pas connu des services de renseignement.

Il avait cependant créé un compte Twitter au mois de juin sous le pseudonyme Al-Ansar @tchétchène_270 et il y avait publié plus de 400 tweets au cours des dernières semaines, principalement des extraits du Coran. Après la commission du meurtre, il y a posté la tête décapitée de l'enseignant en déclarant dans un message : «Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux, […] à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad, calme ses semblables avant qu’on ne vous inflige un dur châtiment.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»