Haut-Karabagh : France, Etats-Unis et Russie dénoncent des attaques contre des civils

- Avec AFP

Haut-Karabagh : France, Etats-Unis et Russie dénoncent des attaques contre des civils© NKR InfoCenter/PAN Photo Source: Reuters
Stepanakert dans le Haut-Karabagh le 5 octobre (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La France, la Russie et les Etats-Unis ont publié un communiqué commun pour dénoncer des attaques visant des civils dans le Haut-Karabagh, et appeler de nouveau à un cessez-le-feu sans condition.

La France, la Russie et les Etats-Unis, membres du groupe dit de Minsk, ont dénoncé le 5 octobre les attaques au Haut-Karabagh visant apparemment des civils, estimant qu'elles constituaient une «menace inacceptable pour la stabilité de la région».

Dans un communiqué, les ministres des Affaires étrangères des trois pays «soulignent sans aucune réserve que les attaques récentes qui auraient visé des installations civiles» et «le caractère disproportionné de telles attaques constituent une menace inacceptable pour la stabilité de la région».

Jean-Yves Le Drian, Mike Pompeo et Sergueï Lavrov «condamnent avec la plus grande fermeté l’escalade de violence inédite et dangereuse survenue dans et en dehors de la zone de conflit du Haut-Karabakh».

Ils appellent de nouveau à un «cessez-le-feu immédiat et sans condition» et exhortent Bakou et Erevan à «s'engager dès à présent à reprendre le processus de règlement en s’appuyant sur les principes fondamentaux applicables et sur les textes internationaux pertinents bien connus des deux parties».

Poutine demande l'«arrêt immédiat» des combats 

Le président russe Vladimir Poutine a par ailleurs appelé à un arrêt «immédiat» des combats lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre arménien Nikol Pachinian.

«Vladimir Poutine a de nouveau insisté sur la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations de combat», a annoncé le Kremlin dans un communiqué.

Des combats intensifs

Les combattants arméniens du Haut-Karabagh, soutenus par Erevan, et l'armée azerbaïdjanaise ont poursuivi sans relâche le 5 octobre leurs affrontements, marqués notamment par des bombardements en zones urbaines qui font craindre de nouvelles victimes civiles.

De nouveaux «tirs de roquettes intensifs» ont visé la capitale séparatiste, Stepanakert, peuplée de 50 000 habitants.

Comme la veille, l'Azerbaïdjan a affirmé que des zones civiles avaient été visées par des tirs arméniens, principalement des roquettes, notamment Gandja, deuxième ville du pays située à 60 km de la ligne de contact, ou encore Beylagan.

Côté arménien comme azerbaïdjanais, les journalistes de l'AFP ont vu des habitations éventrées.   

Selon des bilans officiels, depuis la reprise du conflit le 27 septembre, 19 civils arméniens et 44 azerbaïdjanais ont été tués, dont 5 et 11 respectivement depuis dimanche.

Le bilan militaire reste très partiel, l'Azerbaïdjan n'annonçant aucune perte  parmi ses soldats. Le Karabagh fait état de 219 morts. Les deux camps disent avoir tué de 2 000 à 3 000 soldats ennemis et se rejettent la responsabilité de l'escalade.

Le Groupe de Minsk est chargé depuis 1992 de la médiation dans le dossier du Haut-Karabagh.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix