France : prison ferme et interdiction d'activité de création pour le youtubeur Marvel Fitness

France : prison ferme et interdiction d'activité de création pour le youtubeur Marvel Fitness© YouTube : Marvel Fitness Channel
Capture d'écran d'une vidéo publiée le 19 septembre sur la chaîne YouTube Marvel Fitness Channel.

Un youtubeur spécialisé dans le fitness accusé de harceler et lancer des meutes numériques contre d'autres influenceurs du même domaine a été condamné à deux ans de prison dont un ferme avec mandat de dépôt par le tribunal de Versailles.

Le tribunal de Versailles a condamné le 21 septembre Habannou S., 31 ans, à deux ans de prison dont un ferme avec mandat de dépôt, tout en lui interdisant d'exercer une activité de création sur les réseaux sociaux ou sur tout site internet.

Plus connu sous le nom de Marvel Fitness sur Youtube, où il est à ce jour suivi par près de 150 000 personnes, il a été reconnu coupable de harcèlement moral sur neuf personnes et de violence sur avocat pour s'en être pris à Laure-Alice Bouvier, qui représente la défense de huit victimes et qui est aussi très active sur les réseaux sociaux. «Dans l'une des vidéos de Marvel Fitness, on voit le jeune homme poursuivre l'avocate, caméra au poing, alors qu'elle lui demande d'arrêter de la filmer», rapporte l'AFP.

Connu pour livrer des conseils pour sculpter son corps, Habannou S. a surtout acquis une certaine notoriété grâce à ce qu'il a appelé ses «dramas», soit des prises à partie directes d'autres influenceurs du milieu du fitness.

Toujours selon l'AFP, la youtubeuse Aline Dessine a par exemple été ciblée après avoir critiqué une vidéo de Marvel Fitness en répondant à une question de fan.

Elle a alors fait l'objet d'insultes, de menaces et d'incitations au suicide quotidiennes de la part d'anonymes sur tous les réseaux sociaux.

«Je sais que si j'ouvre mon téléphone maintenant, je vais avoir des dizaines de messages de menace. J'ai beau bloquer, il y en a toujours plus», a livré à la barre, en pleurs, celle qui a par ailleurs avoué avoir été jusqu'à publier un faux montage photo pour faire croire qu'Habannou S. lui avait envoyé une photo de son pénis, ce pour quoi elle s'est excusée.

Pendant le procès, l'accusé a choisi de garder le silence. Son avocat Marc Goudarzian a invoqué une forme de «satire» visant des personnages publics. «C'est exactement ce que faisaient les Guignols de l'info et ça entre dans le cadre de la liberté d'expression», a-t-il plaidé.

Ainsi que l'a rapporté CNews le jour-même du verdict, Habannou S. a toujours nié les faits reprochés : lors d'une audition le 8 août 2019, Habannou S. avait fait valoir qu'il n'y avait «pas de harcèlement, ni de menaces physiques», mais des propos «mal interprétés» et «sortis de leur contexte». «Il se disait également victime de messages à caractères racistes de la part de la communauté de l'une des parties civiles», relate encore la chaîne d'information en continu.

L'incompréhension des soutiens

Dans la nuit du 21 au 22 septembre, le hashtag #FreeMarvel s'est rapidement hissé en en première place des tendances Twitter France dans la foulée du procès, alors que de nombreux internautes ont exprimé leur indignation après l'annonce du verdict. 

Parmi les multiples commentaires postés sur le sort réservé à Habannou S., l'humoriste controversé Dieudonné, qui a lui-même vu fermer sa page YouTube au mois de juin 2020 (ainsi que ses comptes Facebook/Instagram début août), a repartagé sur Twitter une publication tournant en dérision la peine retenue contre le youtubeur, la comparant à la condamnation à deux ans de prison d'un ancien directeur d'école, pour pédophilie.

«On a inventé des choses sur lui, on l'a fait passer pour un pointeur [agresseur sexuel] alors qu'il n'en est rien [...] Le premier qui a été attaqué, c'est lui», s'est par exemple indigné, les larmes aux yeux, le youtubeur «Le Japon en Noir et Blanc», qui se présente comme un proche d'Habannou S., dans une vidéo publiée le 21 septembre, lors de laquelle il dit notamment estimer que la couleur de peau de l'accusé aurait joué en sa défaveur.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»