YouTube ferme la chaîne de Dieudonné, l’humoriste dénonce des «pressions israéliennes»

YouTube ferme la chaîne de Dieudonné, l’humoriste dénonce des «pressions israéliennes»© Dado Ruvic/Illustration Source: Reuters
Une silhouette devant le logo de YouTube (image d'illustration).

Le géant américain a procédé à la suppression de la chaîne YouTube appartenant à l'humouriste controversé. Si les associations antiracistes et de la communauté juive se sont réjouies de cette nouvelle, Dieudonné a évoqué des «pressions israéliennes».

L’humoriste controversé Dieudonné a vu sa chaîne YouTube être supprimée par le géant américain le 29 juin. Interrogé par l’AFP, Google France explique que cette fermeture «rentre dans le cadre des processus de modération classiques de YouTube» et «fait suite à des enfreintes répétées à notre règlement de la communauté YouTube». Sa chaîne comptait environ 400 000 abonnés.

Une nouvelle dont s’est réjouie la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). «L’antisémite négationniste Dieudonné M’Bala M’Bala a cessé d’émettre sur YouTube. Pris au dépourvu, nous n’avions pas de champagne au frais ! C’est un petit pas pour les réseaux sociaux mais c’est un grand pas pour l’universalisme !», a-t-elle fait valoir sur Twitter.

Même son de cloche du côté des associations ou institutions de la communauté juive. «Il y a un mois, le Crif portait à nouveau plainte contre Dieudonné après la diffusion de vidéos antisémites. Hier, sa chaîne YouTube a été clôturée. Le Crif salue cette décision et encourage les autres plateformes à prendre leurs responsabilités et à fermer tous ses comptes», a déclaré le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) sur le même réseau social.

L’Union des étudiants juifs de France a elle expliqué, sur Facebook, faire partie des entités ayant contribué à cette suppression. «Cette fermeture fait suite à l’action de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et de ses partenaires antiracistes qui combattent depuis des années, au jour le jour, la propagation des idées racistes, antisémites et négationnistes du pseudo humoriste», a-t-elle souligné.

Pour la présidente de l’organisation, Noémie Madar, la décision «marque une avancée majeure dans la lutte contre la haine sur internet». «Les centaines de milliers d’abonnés de Dieudonné se retrouvent orphelins de leur prêcheur de haine sur YouTube, et c’est tant mieux. Les autres acteurs d'internet n'ont maintenant plus aucune excuse, à Twitter et Facebook de prendre également leurs responsabilités», a-t-elle également ajouté.

De son côté, l'humoriste condamné de nombreuses fois a dénoncé, toujours sur Facebook, des «pressions israéliennes». «Ma chaîne YouTube a été supprimée. Nous rappelant les autodafés des heures les plus sombres de l'Histoire», a-t-il également regretté.

Google France a enfin fait savoir, toujours auprès de l'agence de presse, avoir supprimé récemment plusieurs chaînes de suprémacistes blancs aux Etats-Unis après avoir «renforcé ses règlements sur le "hate speech" [discours de haine] en juin de l’année dernière».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»