Législatives partielles : abstention massive, jusqu'à 87%, en pleine pandémie de Covid-19

- Avec AFP

Législatives partielles : abstention massive, jusqu'à 87%, en pleine pandémie de Covid-19© Sebastien Bozon Source: AFP
Une personne posant son bulletin de vote. (Image d'illustration)

Alors que des élections législatives partielles étaient organisées dans six circonscriptions le 20 septembre, un seul des scrutins est parvenu a mobiliser plus de 20% des électeurs. Une participation en berne en pleine pandémie du Covid-19.

Conséquences des municipales et de la nomination du gouvernement en juillet, le premier tour de six élections législatives partielles a eu lieu ce 20 septembre. Les premiers résultats, connus pour cinq des scrutins, montrent une abstention massive, souvent autour de quatre électeurs sur cinq.

En pleine résurgence de l'épidémie de Covid-19, l'abstention dépasse 79% dans la première circonscription du Haut-Rhin, 82% dans la cinquième de Seine-Maritime et dans la troisième de Maine-et-Loire, 84% dans la première de la Réunion et même 87% dans la neuvième circonscription du Val-de-Marne. Les résultats définitifs dans la onzième circonscription des Yvelines n'étaient pas encore connus, au moment de la rédaction de cet article.

C'est d'ailleurs l'abstention qui prive la candidate de l'union des gauches Karine Lebon d'une victoire dès le premier tour dans la première circonscription de la Réunion. Avec 52,15% des voix, la candidate est arrivée confortablement en tête du premier tour à la Réunion, devant la divers droite Audrey Fontaine (15,83%), mais l'abstention s'élevant à 84,85%, un second tour aura lieu. Karine Lebon est soutenue par Huguette Bello, démissionnaire de l'Assemblée nationale après son élection à la mairie de Saint-Paul.

Dans la cinquième circonscription de Seine-Maritime, c’est le candidat socialiste Gérard Leseul qui arrive largement en tête avec près de 40% des suffrages, lors d’un premier tour marqué par 82,29% d'abstention. Il affrontera le candidat du RN Jean-Cyril Montier (18,01%) au deuxième tour, alors que la candidate LREM est arrivée troisième avec seulement 10,72% des suffrages. Gérard Leseul est en bonne position pour succéder au député PS Christophe Bouillon, élu depuis 2007, qui a démissionné pour se consacrer à son mandat de maire de Barentin.

A Colmar et Neuf-Brisach, dans une circonscription traditionnellement ancrée à droite, le scrutin voyait s'affronter huit candidats pour succéder à Eric Straumann (LR) devenu maire de Colmar, tandis que sa suppléante Brigitte Klinkert est entrée au gouvernement en tant que ministre déléguée chargée de l'Insertion. Si sa candidature avait créé quelques dissensions au sein des militants LR locaux, Yves Hemedinger, ancien premier adjoint du maire sortant de Colmar Gilbert Meyer, ressort largement en tête de ce premier tour avec 45,39% des voix. Il affrontera au second tour l'écologiste Frédéric Hilbert, candidat EELV malheureux aux municipales à Colmar, qui a rassemblé dimanche 23,53% des voix, devançant largement le candidat RN (14,04%). La participation atteint seulement 20,31%.

En Marche perd un député

Dans le Maine-et-Loire, c’est sans surprise la candidate LR Anne-Laure Blin qui arrive en tête avec 25% des suffrages, devançant la candidate écologiste de l’union de la gauche Daphnée Raveneau (22,8%), sur fond de très faible participation (17,8% des inscrits). Dans cette circonscription ancrée à droite, Anne-Laure Blin est donc bien partie pour succéder à Jean-Charles Taugourdeau (LR), député depuis 2002, qui a démissionné après sa réélection comme maire de Beaufort-en-Anjou.

Seule circonscription aux mains de la majorité présidentielle en jeu lors de ce soir d'élections, la onzième circonscription des Yvelines changera de couleur au second tour, puisque le candidat LREM Pierre Luce ne succédera pas à Nadia Hai, nommée ministre déléguée chargée de la Ville. Selon des résultats préliminaires rapportés par Le Parisien, et montrant un taux de participation particulièrement faible, Pierre Luce termine troisième avec environ 15,4% des suffrages, loin derrière le LR Philippe Benassaya (36,7%) et la candidate Génération.s Sandrine Grandgambe (24,9%). Un duel droite-gauche départagera donc les deux finalistes dimanche 27 septembre. «Le résultat de ce soir est sans appel: notre projet en soutien du gouvernement n'a pas mobilisé ni convaincu. L'abstention très forte doit interroger toutes les forces politiques sur le fond et la forme de leur action», a déploré Pierre Luce.

Enfin, Isabelle Santiago (PS) est arrivée en tête du premier tour dans la neuvième circonscription du Val-de-Marne avec 33% des voix devant Sandra Regol (EELV) et ses 17%, dans une élection là aussi marquée par une très forte abstention (87%).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»