«Fous le camp bougnoule» : insulté et menacé de mort, le maire de Givors va porter plainte

- Avec AFP

«Fous le camp bougnoule» : insulté et menacé de mort, le maire de Givors va porter plainte© Jacques Demarthon Source: AFP
Echarpes tricolores des maires au 100e congrès des maires de France (image d'illustration).

Après avoir reçu des menaces de mort et des insultes racistes par lettre, Mohamed Boudjellaba va porter plainte. Il a reçu le soutien de plusieurs ministres du gouvernement ainsi que de ses anciens concurrents à l'élection municipale.

«Fous le camp bougnoule si tu ne veux pas brûler comme une merguez» : couvert d'injures et menacé dans une lettre anonyme, le maire de Givors, Mohamed Boudjellaba, a annoncé vouloir porter plainte et reçu le soutien du gouvernement le 23 août. «La guerre tu vas l'avoir», «on sait encore se servir d'une mitraillette», «tu sais comment ça fait une bombe dans une habitation, ça fait boum» : le courrier dont l'élu a publié des extraits sur Twitter est particulièrement haineux et violent à son égard.

«En tout, quatre pages de calomnie, de haine raciale et de menaces», a résumé l'édile qui avait remporté fin juin, sous l'étiquette DVG-EELV, le second tour de l'élection municipale dans cette ville de 20 000 habitants située entre Lyon et Saint-Étienne.

Il a précisé sur le même réseau sociale vouloir porter plainte.

Des propos «insupportables», pour Gérald Darmanin

Des membres du gouvernement ont réagi. «Quatre pages de répugnances non signées. Une enquête est ouverte pour retrouver cet anonyme et le présenter à la Justice», a tweeté le Garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, en adressant son soutien à son «compatriote» maire de Givors.

«S'en prendre à un élu c'est s'en prendre à la République. La haine n'a pas sa place dans notre société», a réagi de son côté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, «écœuré» par des propos «insupportables».

Sa rivale communiste, Christiane Charnay, a condamné un courrier «infâme» en apportant son soutien à l'édile, de même que son concurrent du Rassemblement national Antoine Mellies qui a jugé la lettre «inacceptable».

Des faits qui surviennent alors que les maires sont de plus en plus la cible de violences, y compris physiques. D’après des chiffres du ministère de l’Intérieur révélés par le Journal du dimanche le 8 août, 233 maires ou adjoints ont été agressés physiquement depuis le mois de janvier. Ils étaient 198 à la même époque l’année dernière, soit une augmentation de plus de 17%.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»