Prime aux policiers de nuit : un syndicat de «nuiteux» dénonce des «miettes»

Prime aux policiers de nuit : un syndicat de «nuiteux» dénonce des «miettes»© Benoit Tessier Source: Reuters
Manifestation policière devant l'Arc de Triomphe à Paris le 14 juin 2020, menottes jetées au sol (image d'illustration).

En colère contre les organisations syndicales majoritaires du secteur et le gouvernement, le syndicat Option Nuit, qui représente les travailleurs nocturnes, s'estime floué par les récentes négociations et appelle à la mobilisation.

Accompagné de Gérald Darmanin, de Marlène Schiappa et de Didier Lallement, Emmanuel Macron a rendu visite aux policiers nationaux travaillant de nuit dans les XVIIe et XVIIIe arrondissements de Paris le 27 juillet : une manière d'enterrer la hache de guerre avec la colère policière qui s'était librement exprimée au mois de juin ? Lors de ces rassemblements, des membres des brigades anticriminalité de nuit étaient venus grossir les rangs des fonctionnaires massés dans les lieux symboliques de la capitale, gyrophares des véhicules de service tournoyant dans la nuit parisienne.

Lors de cette visite surprise du président de la République au chevet des «hiboux», ainsi qu'on les surnomme également, une annonce a été faite : le versement d'une nouvelle indemnité de 10 millions d'euros spécialement destinée aux travailleurs de nuit de la police nationale, soit 50 euros par mois et par agent. 

Le communiqué de Beauvau explique : «Cette indemnité vise notamment à accompagner une pénibilité plus forte liée au travail de nuit et le passage à des cycles de travail augmentant la présence des policiers sur le terrain. Le coût de cette indemnité, de 10 millions d’euros, sera prévu dans le projet de loi de finances pour 2021.»

Ce que vous venez de faire est honteux

Si cette revendication correspond bien à une demande de la part des plus grands corps intermédiaires du secteur, qui avaient récemment axé leur communication syndicale sur les «nuiteux», le syndicat Option Nuit, créé au mois de juin et spécialement dédié aux travailleurs nocturnes, a fait savoir dans la nuit du 27 au 28 juillet que pour lui, «le compte n'y est pas»... Car les travailleurs de nuit attendaient 37 millions d'euros et non dix. Du rififi entre les géants du secteur et les petits nouveaux ?

William Maury, secrétaire général de l'organisation, a fait savoir dans un message cinglant (dont RT France a eu connaissance) adressé à un des grands syndicats du secteur, en l'occurrence Unité-SGP : «En qualité de secrétaire général d'Option Nuit, je retire ma carte immédiatement de votre organisation syndicale qui vient de vendre les nuiteux de la police nationale. Le secrétaire général adjoint Guillaume Neau retire également son adhésion à votre organisation. Ce que vous venez de faire est honteux. Les nuiteux solidaires sont prêts à quitter votre organisation.»

Cette annonce vient de déclencher la colère des Nuiteux de la Police nationale

La colère est également palpable dans un communiqué de presse publié par cette organisation de policiers de la base, sans détachement syndical et travaillant donc effectivement dans leurs services. Un message qui appelle à une mobilisation des travailleurs de nuit : «Cette annonce vient de déclencher la colère des Nuiteux de la Police nationale, et en particulier des 12 000 policiers travaillant la nuit ayant rejoint le mouvement Option Nuit. 20 ans sans revalorisation, cinq ans de réunions pour ça ! [...] Une proposition honteuse qui montre bien la méconnaissance du travail des Nuiteux et des conséquences sur nos vies. Le compte n'y est pas, Option Nuit appelle à la mobilisation des hiboux ! Le ministre de l'Intérieur refusant toujours d'écouter les Nuiteux, nous allons donc devoir nous faire entendre.» 

Démontrant la détermination des «nuiteux» après ces annonces mal accueillies par certains fonctionnaires de la base, Option Nuit a posté sur son compte Twitter la vidéo d'un nouveau rassemblement : «Les Hiboux commencent à hululer face aux miettes que vous venez de lancer aux Nuiteux», lit-on en accompagnement.  

Faut-il s'attendre à un regain de colère policière pendant l'été ? Après un long mois de grogne dans les rangs de la police, les médias sauront-ils se saisir de cette très forte demande de la part de la base, parfois court-circuitée par les grands syndicats du secteur ? Affaire à suivre, mais en tout état de cause, les «hiboux» ne semblent pas près de mettre fin à leurs hululements.

Antoine Boitel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»