Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique© Katia Pecnik Source: RT France
Vidéo
Des militants du collectif la Manif pour tous manifestent devant l'Assemblée nationale, le 27 juillet 2020, à Paris.

Les opposants au projet de loi bioéthique se sont réunis devant l'Assemblée nationale ce 27 juillet, où les députés débâteront du sujet pendant quatre jours. La Manif pour tous dénonce notamment que l'examen du projet de loi se fasse «en catimini» .

Quelques dizaines de militants du collectif d'associations la Manif pour tous se sont mobilisés ce 27 juillet devant l'Assemblée nationale pour dénoncer le projet de loi bioéthique qui doit être à nouveau discuté par les députés jusqu'au 31 juillet, avec pas moins de 2 300 amendements au menu. Prévue en avril dernier, cette seconde lecture par les députés du projet de loi sensible relatif à la bioéthique, dont la mesure phare ouvre la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes, avait été repoussée en raison de la crise du Covid-19

«Monsieur [le Premier ministre] Jean Castex, ce n'est pas en agissant en catimini que vous restaurerez la moindre confiance avec les Français. Cette France fracturée, cette France des oubliés, elle est là devant vous», a fait savoir le collectif sur son compte Twitter. Les manifestants présents devant le palais Bourbon étaient munis de pancartes sur lesquelles il était inscrit : «Occupez-vous de nos boulots, pas des délires sociétaux», ou encore «Occupez-vous du médical, pas du sociétal.»

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !», a ajouté la Manif pour tous.

Le mouvement a ensuite énuméré les différents points qu'il désapprouve : «Eviction du père, ROPA [Réception de l’ovocyte par le partenaire], fécondation de gamètes artificiels, embryons transgéniques, chimères – mélange monstrueux de cellules embryonnaires animales et humaines –, tri des embryons… : le nouveau texte que vous vous apprêtez à examiner est une honte ! STOP !»

«Mesdames, messieurs les députés, le fond constitue un désastre anthropologique et éthique. La ligne rouge est franchie plusieurs fois ! Cette fameuse ligne rouge qui vous faisait dire non. Vous vous en souvenez ?», s'est par ailleurs inquiété le collectif d'associations.

«Au lieu de profiter du contexte sanitaire pour éviter toute forme de débat dans le pays, le gouvernement et sa majorité feraient mieux de répondre à l’urgence sanitaire, économique, sociale et environnementale», a-t-il ensuite estimé.

Dans un communiqué publié le 16 juillet sur le site internet du mouvement et intitulé «Le projet de loi bioéthique absent des déclarations de politique générale de Jean Castex à l'Assemblée nationale et au Sénat», la Manif pour tous a dénoncé, selon elle, la «trahison de Jean Castex et d'Emmanuel Macron qui veulent endormir les Français en parlant "relance économique" alors qu'ils font examiner en priorité et en catimini la PMA sans Père.»

Le mouvement a par la suite demandé aux députés de voter contre le projet de loi bioéthique.

Vivement opposée au projet de loi et également présente devant l'Assemblée nationale, l'association Alliance Vita s'est élevée contre de «graves transgressions», plaidant pour «arrêt[er] de faire n'importe quoi» avec ce texte examiné «au cœur de l'été».

Un risque de «passage en force», pour le député LR Xavier Breton

De son côté, le député LR de l'Ain Xavier Breton, membre de l'Entente parlementaire pour la famille, a dénoncé le 26 juillet dans Le Figaro un «passage en force» et dit craindre «que des députés militants prennent en otage ce texte». Son groupe, vent debout contre une «PMA sans père», a majoritairement voté contre le projet de loi en première lecture.

Cependant, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, ce projet de loi «porte en lui des avancées sociales, sociétales, médicales et scientifiques». Il «est attendu par une grande partie de la population», avait-il estimé le 21 juillet lors des questions au gouvernement.

Adopté le 15 octobre 2019 par une majorité de députés à l'issue de débats parlementaires particulièrement houleux, puis en première lecture le 4 février 2020 par le Sénat, le projet de loi bioéthique est désormais porté par Olivier Véran et le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, qui ont respectivement remplacé Agnès Buzyn et Nicole Belloubet

La mesure phare du projet est l'extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. Il comprend aussi une ouverture de l'accès aux origines pour les personnes nées grâce à un don de sperme ou encore l'autoconservation des ovocytes et la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Les députés sont toutefois revenus en commission sur la plupart de ces modifications. Ils ont par exemple adopté l'autorisation du don d'ovocytes dans un couple de femmes, si l'une d'elle souffre d'infertilité (technique dite ROPA), mais également l'élargissement du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'anomalies chromosomiques (DPI-A).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»