Aïd-el-Kébir et «banlieue de Bab-el-Oued» : Brigitte Bardot à la rescousse des moutons

Aïd-el-Kébir et «banlieue de Bab-el-Oued» : Brigitte Bardot à la rescousse des moutons© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Trois bustes représentant Brigitte Bardot en Marianne, exposés lors du congrès de l'association des maires de France le 21 novembre 2017 à Paris (image d'illustration).

La fête musulmane de l'Aïd-el-Kébir approchant, Brigitte Bardot, toujours vent debout contre l'abattage rituel des moutons, se fend d'un communiqué cinglant adressé, notamment, au gouvernement.

«La France n'est pas la banlieue de Bab-el-Oued et nous sommes en opposition totale avec la souffrance atroce que cette tradition barbare impose à nos moutons» : ainsi se conclut d'un communiqué de la fondation Brigitte Bardot publié le 22 juillet à l'approche de la date de la fête musulmane de l'Aïd-el-Kébir.

L'ancienne ingénue du cinéma français vient à nouveau se rappeler au bon souvenir de l'Hexagone en sortant de sa réserve pour défendre les animaux et tirer à vue dans un texte partagé sur Twitter, sans concession et au lyrisme horrifique : «Le 31 juillet aura lieu l'immonde fête religieuse musulmane de L'Aïd-el-Kébir qui, comme tous les ans depuis des années, sacrifiera rituellement, sauvagement, cruellement, sans étourdissement des centaines de milliers de moutons qui, après une longue et douloureuse agonie, perdront conscience étouffés par le sang qui coulera à flots de leurs gorges ouvertes.»

Brigitte Bardot apostrophe encore l'Etat : «Si les musulmans en France nous imposent leurs traditions archaïques auxquelles nos gouvernements se soumettent sans que personne ne réagisse, alors où allons-nous ?»

Dans un élan que ne renieraient pas les antispécistes, la plus grande amie des animaux appelle ensuite la France à se questionner : «Où est la laïcité tant prônée par nos dirigeants dans tout ce sang versé au nom d'une religion ?»

Comme le rappelle Var-Matin, tuer un animal à son propre domicile, notamment dans sa baignoire, ou dans la ferme ou sur des sites d’approvisionnement est interdit par la loi et le délit est passible de sanctions allant jusqu'à six mois de prison et 15 000 euros d'amende.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»