Bayonne : exposé en photo sur les réseaux comme étant l'un des assassins, un homme porte plainte

Bayonne : exposé en photo sur les réseaux comme étant l'un des assassins, un homme porte plainte© Christophe Archambault Source: AFP
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, assiste à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 8 juillet 2020, à Paris (image d'illustration).

Présenté, notamment par Marine Le Pen, comme l'un des agresseurs du conducteur de bus à Bayonne, un homme ne faisant pas partie des accusés du meurtre de Philippe Monguillot a porté plainte après que son visage a fait le tour de la toile.

Dans les jours qui ont suivi l'agression brutale de Philippe Monguillot, le conducteur de bus de Bayonne, décédé le 10 juillet, Marine Le Pen, Jordan Bardella, ainsi que plusieurs personnalités de droite, comme Damien Rieu, ont publié la photographie, abondamment partagée sur les réseaux sociaux, d'un homme en le présentant comme l'un des assassins.

Je suis de tout coeur avec vous madame

Selon France Bleu, le jeune homme s'appelle Mourad et est âgé de 29 ans. Il a porté plainte le 13 juillet pour «diffamation» et «dénonciation calomnieuse», a fait savoir le 14 juillet son avocat. Menacé et insulté depuis, le plaignant n'a de cesse de répéter, dans des vidéos qu'il diffuse sur les réseau sociaux, qu'il n'a «rien à voir avec ce meurtre». Dans cette vidéo, il s'adresse directement à l'épouse de Philippe Monguillot, lui disant : «Je suis de tout cœur avec vous madame».

«On a été choqués de voir cette photo de notre frère, j'ai eu mal au ventre en voyant ça. S'il n'avait pas été basané, ça n'aurait jamais été repris, c'est de la récupération politique, de la manipulation totale», s'est insurgé auprès d'une correspondante de l'AFP le frère du plaignant. Il dénonce la diffusion du visage de son frère sur des «comptes racistes».

L'antenne de SOS Racisme de Bayonne fait savoir de son côté qu'elle compte saisir la justice. «La famille [du jeune homme] est complètement abasourdie, c'est catastrophique pour lui ce qu'il se passe», soulignait le 12 juillet Djamel Mohammedi, porte-parole de l'association, toujours auprès de l'agence de presse. 

Un cliché pris par la police selon le plaignant

Selon Le Parisien, qui est entré en contact avec le jeune homme, il reconnaît de lui-même avoir déjà passé «quelques années» en prison après différentes condamnations pour des faits de délinquance dont «petites bagarres», consommation d'alcool, trafic de stupéfiants. Il estime donc que la photo a été prise par les forces de l'ordre dans un commissariat lors de l'une de ces affaires. «Comment ce document a-t-il bien pu sortir d'un commissariat ?», s'interroge son avocat, cité par France Bleu. «Oui, j'ai fait de la prison mais je ne suis pas un tueur», dit en outre le jeune homme dans sa vidéo.

Après les protestations de l'intéressé, toutes les personnalités qui avaient partagé sa photo ont supprimé leur publication. Contacté par le quotidien francilien, le trésorier du Rassemblement national, Wallerand de Saint Just, avocat, n'a pas répondu aux sollicitations. Le militant identitaire Damien Rieu a, lui, minimisé cette erreur le 11 juillet après-midi sur Twitter, accusant les médias qui «cachent les noms des tueurs» : «On en trouve trois, on se trompe sur un», a-t-il écrit.

Bayonne : exposé en photo sur les réseaux comme étant l'un des assassins, un homme porte plainte© Capture d'écran Twitter

Le Rassemblement national plaide «la bonne foi»

Cité par France Bleu Pays Basque, le conseiller régional du Rassemblement National, le bayonnais Jean-Michel Iratchet, ne condamne pas les propos tenus par ses représentants nationaux et européens qui ont partagé la photo de Mourad. «Marine Le Pen et Jordan Bardella ont réagi sur la base de photos, ils ont réagi à priori de bonne foi», plaide-t-il. 

«Lorsqu'un document fuite d’un commissariat de police il semblerait que l'on puisse lui accorder un certain crédit ! Donc que ce soit Marine Le Pen ou bien Jordan Bardella, ils ont communiqué sur la base de documents qu’ils pensaient être véritables», ajoute le conseiller régional. «Or il semblerait que sur ces photos, il y a celle d’un mis en cause et l’autre n’y serait pour rien, donc... cela a été fait de bonne foi, donc moi, condamner la bonne foi je ne peux pas !», juge Jean-Michel Iratchet.

Le délégué départemental du RN François Verrière pour les Pyrénées-Atlantiques reconnait pour sa part , toujours auprès de la radio locale, qu'«évidemment, c’est dommageable et très malheureux pour cette personne qui est innocente dans cette affaire, mais que ce soit l’eurodéputé Bardella ou notre présidente Marine Le Pen, ils ne sont pas les seuls à avoir retweeté ce cliché [...] c’est une photo qui [...] selon mes informations, vient de la police». 

Marine Le Pen est «désolée» d’avoir relayé la photo

Marine Le Pen s'est d'ailleurs dite «désolée» le 16 juillet, d'avoir relayé la photo, invitant en revanche les médias à «donner les noms» des «présumés assassins» et des «présumés violeurs». «Je suis évidemment désolée pour cet homme qui, s'il est innocent, [s'est] retrouvé dans cette situation. Mais vous, donnez les noms», a déclaré sur France 2 la présidente du Rassemblement national.

«Pourquoi est-ce que les médias ne donnent pas les noms des présumés assassins, des présumés violeurs ?», a demandé la dirigeante du Rassemblement national. «Mon community manager a commis une erreur de rapidité» et le message Facebook «a été retiré d'ailleurs immédiatement», a-t-elle fait valoir.

Suite à l'agression mortelle de Philippe Monguillot, décédé le 10 juillet à l'hôpital de Bayonne, quatre personnes avaient rapidement été interpellées avant d'être mises en examen et placées en détention provisoire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»