«Pas un obstacle à sa nomination» : l'Elysée défend l'entrée de Darmanin au ministère de l'Intérieur

«Pas un obstacle à sa nomination» : l'Elysée défend l'entrée de Darmanin au ministère de l'Intérieur© Anne-Christine Poujoulat Source: AFP
Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gerald Darmanin, à l'Assemblée nationale française, le 10 juin 2020, à Paris (image d'illustration).

La nomination de Gérald Darmanin au poste de ministre de l'Intérieur n'a pas manqué de faire réagir, le désormais premier flic de France étant en effet visé par une plainte pour viol. Cette dernière ne constitue pas un obstacle, selon l'Elysée.

En remplacement de Christophe Castaner, Gérald Darmanin a été nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement Castex. L'ex-ministre de l'Action et des Comptes publics et maire de Tourcoing est toujours visé par une enquête dans une affaire de viol présumé mais pour l'Elysée, reprise par l'AFP, «il n'y a pas d'obstacle» à sa nomination.

Une femme nommée Sophie Patterson-Spatz accuse en effet depuis deux ans Gérald Darmanin de l'avoir violée en 2009. Si les investigations sont toujours en cours, «après analyse juridique, les services compétents ont jugé qu’il n’y avait pas d’obstacle à cette nomination», a fait valoir l'Élysée auprès de Franceinfo.

Du «foutage de gueule» pour le collectif féministe #NousToutes

«Il semble que les choses vont dans le bon sens» concernant cette plainte qui «n'a pas fait obstacle» à sa nomination, a souligné un membre de l'entourage d'Emmanuel Macron toujours auprès de l'agence de presse. Cette même source a également précisé «ne jamais faire de commentaires» sur les affaires de justice en cours.

Gérald Darmanin avait bénéficié d'un non-lieu en 2018 dans ce dossier, mais en 2019 la Cour de cassation avait finalement requis un réexamen de la validité du verdict. La cour d'appel de Paris avait finalement ordonné, le 9 juin, la reprise des investigations concernant cette accusation

La chambre de l'instruction de la cour d'appel n'avait donc pas suivi les réquisitions du parquet général estimant, selon une source judiciaire citée par l'AFP, que le juge d'instruction «ne pouvait se fonder uniquement sur les résultats de l'enquête préliminaire» pour refuser de relancer les investigations dans cette affaire en août 2018. 

Mi-juin, les avocates de la femme qui accuse Gérald Darmanin de l'avoir violée en 2009 avaient dénoncé le soutien du gouvernement au ministre. Entendu en audition libre le 12 février 2018, celui-ci avait confirmé avoir eu une relation sexuelle avec Sophie Patterson-Spatz, mais selon lui librement consentie et à l'initiative de la plaignante. Sur les réseaux sociaux, cette nomination a été vivement commentée, le collectif féministe #NousToutes évoquant par exemple un «foutage de gueule».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»