«Je vais me lever et m'en aller» : clash entre Raoult et Bourdin en pleine interview

«Je vais me lever et m'en aller» : clash entre Raoult et Bourdin en pleine interview© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Le professeur Didier Raoult à son arrivée pour pour une audience à l'Assemblée nationale à Paris, France, 24 juin 2020 (image d'illustration).

Au lendemain de son audition à l'Assemblée nationale, Didier Raoult était l'invité de Bourdin en direct sur RMC/BFM TV. Le ton est rapidement monté lorsque l'animateur a insinué que le médecin accusait ses confrères d'avoir tué des patients.

De passage à Paris pour son audition du 24 juin à l'Assemblée nationale, le tonitruant professeur marseillais Didier Raoult était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFM TV ce 25 juin au matin. Réputé pour pousser ses interlocuteurs dans leurs retranchements, l'animateur de Bourdin Direct a contrarié le professeur marseillais au point où celui-ci a menacé de quitter le plateau.

Gardez vos déductions pour vous

«Vous dites : on n'a pas soigné les gens. C'est-à-dire que vous affirmez que des médecins ont tué des patients !» reproche d'abord Jean-Jacques Bourdin à Didier Raoult qui ne cesse de déclarer depuis le début de l'épidémie que renvoyer les gens chez eux avec du Doliprane, comme ce fut le cas tout au long de la crise tant que les patients ne présentaient pas de symptômes de détresse respiratoire, revenait à ne pas les soigner. «Gardez vos déductions pour vous», rétorque le chantre de l'Hydroychloroquine, expliquant que lorsque les gens sont renvoyés chez eux avec le Covid-19, «ils risquent de mourir».

Avez-vous déjà soigné ou sauvé quelqu'un dans votre vie ? Alors calmez-vous ! calmez-vous !

«Pardon Didier Raoult, vous avez dit "ici à Paris, on comptait les morts, moi je comptais les positifs", vous l'avez dit», renchérit Jean-Jacques Bourdin. «C'est vrai», répond Raoult. «N'est-ce pas insultant à l'égard des soignants d'Ile-de-France, des familles de victimes ?» Didier Raoult rappelle alors la grande popularité dont il bénéficie à Marseille. «Ce n'est pas la popularité qui soigne», répond du tac au tac Jean-Jacques Bourdin. «Avez-vous déjà soigné ou sauvé quelqu'un dans votre vie ? Alors calmez-vous ! calmez-vous !» attaque Didier Raoult qui tente de réexpliquer son point de vue avant d'être à nouveau coupé par Jean-Jacques Bourdin : «Donc on tue des gens !» «Ecoutez, je vais me lever et m'en aller», tranche Didier Raoult qui fait mine de se lever. «Je m'en fiche de vous !» dit-il, visiblement contrarié. «Moi aussi», répond Bourdin.

Posez-moi des questions intelligentes

C'est le début d'un échange verbal assez savoureux : «Si on s'en fout, on peut partir tous les deux», dit Raoult. Bourdin consent ensuite à changer de sujet, tout en disant, sans conviction visible : «Partez, ne partez pas, j'ai des questions à vous poser». «Posez-moi des questions intelligentes», demande Raoult. «Ne me dites pas que je ne pose pas des questions intelligentes, vous n'êtes pas journaliste», proteste l'animateur. «Je ne suis pas journaliste, vous n'êtes pas médecin, donc ne me donnez pas de leçons de médecine», rétorque Raoult. Vient ensuite une question de l'animateur sur les conflits d'intérêts chez les médecins, les chercheurs, etc. «C'est évident qu'il y a des conflits d'intérêts», conclut Didier Raoult.

La veille devant la Commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la crise du coronavirus en France, le directeur de l'IHU de Marseille a longuement et vertement critiqué le laboratoire Gilead et dénoncé de nombreux conflits d'intérêts liés à ce laboratoire et à des personnalités dont s'est entouré le gouvernement pour la gestion de la crise. «Je vous recommande de faire une véritable enquête sur Gilead et le Remdesivir [...] J'ai été menacé, j'ai porté plainte et l'auteur des mails c'était le type qui recevait le plus d'argent de Gilead depuis dix ans», a notamment conseillé Didier Raoult aux députés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»