Covid-19 : le Conseil scientifique juge «extrêmement probable» une deuxième vague en automne

- Avec AFP

Covid-19 : le Conseil scientifique juge «extrêmement probable» une deuxième vague en automne© Martin BUREAU Source: AFP
Une infirmière à l'hôpital Saint-Louis AP-HP de Paris (image d'illustration).

En France, le Conseil scientifique juge «extrêmement probable» une «intensification de la circulation» du coronavirus à l'approche de l'hiver. Et, partant, prône la conservation des données de santé recueillies pendant l'épidémie.

Une «deuxième vague» pandémique frappera-t-elle la France ? Dans un avis rendu public ce lundi 22 juin, le Conseil scientifique chargé d'éclairer le gouvernement sur le Covid-19 juge «extrêmement probable» une «intensification de la circulation du SARS-CoV-2 dans l'hémisphère nord à une échéance plus ou moins lointaine (quelques mois, et notamment à l'approche de l'hiver)».

La perspective d'une deuxième vague : un motif légitime pour conserver les données de santé ?

Face à cette hypothèse, le groupe d’experts juge «essentiel» de conserver les données de santé recueillies pendant l'épidémie, «à des fins de recherche et de suivi épidémiologique».

Elles sont selon lui «une source d'information unique [...] afin de comprendre la dynamique de propagation du virus, et d'apprécier l'impact des différentes mesures de contrôle de [sa] circulation». «[La] conservation devra se faire sous une forme pseudonymisée et non simplement anonymisée», préconise le Conseil. Cela permettra, selon lui, que les données d'un même individu, «non identifiantes», «puissent tout de même être reliées entre elles» (par exemple dans le cas d'une réinfection) «ou chaînées avec des données d'autres bases».

Conservation des données : «vive inquiétude» de l'Ordre des médecins

L'allongement de la durée de conservation de ces données (qui permettent de détecter et isoler les contacts de personnes malades) est prévu par le projet de loi sur la fin de l'urgence sanitaire, débattu au Sénat à partir de ce 22 juin. Mais cela fait polémique : l'Ordre des médecins a déjà exprimé sa «vive inquiétude» face à l'hypothèse d'un allongement de cette durée, pour des raisons de confidentialité.

En outre, de manière plus générale, les oppositions de droite comme de gauche ont jugé «liberticide» le projet de loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire, lors de son passage à l'Assemblée nationale, où il a été adopté en première lecture avec le soutien des élus LREM, MoDem et Agir.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»